Interview avec Steve Fabry pour Sercati et The Nightstalker

En Belgique, il y en a vraiment pour tous les goûts ! La preuve une fois de plus avec, d’un côté Sercati et de l’autre The Nightstalker, deux groupes gravitant dans la même sphère plutôt typée Black Metal. Leurs points communs ? D’abord l’un des membres, Steve, qui nous fait le plaisir aujourd’hui de se présenter tout en nous parlant de ses différents projets, vous allez voir, ceux-ci sont nombreux ! Ensuite, le « Nightstalker », un personnage étrange dont la saga se déroule, non seulement dans les albums des deux groupes, mais que l’on peut également découvrir sous forme de romans et même plus encore. Mais laissons donc Steve nous expliquer cela plus en détails…

1010086_541977205900698_1744321848_n

Peux-tu commencer par te présenter et expliquer ton parcours dans la musique ?

Je me nomme Steve Fabry, je suis actuellement bassiste et chanteur au sein de Sercati mais aussi multi-instrumentiste au sein de The Nightstalker. Et je joue aussi dans d’autres formations : Coliseum et Berliiiine. Je suis musicien autodidacte et amoureux de son instrument. J’ai longtemps voyagé de groupe en groupe pour me former et pouvoir toucher à un maximum de styles musicaux, apprendre un maximum pour finalement trouver ma voix dans le metal plus sombre et obscur.

Tu fais donc partie de deux groupes, qui sont Sercati et The Nightstalker, quels y sont respectivement tes rôles ?

Alors, c’est plutôt simple, dans Sercati, je suis bassiste, chanteur, compositeur et parolier et dans The Nightstalker, je fais plus ou moins tout. Je fais souvent appel aux musiciens de Sercati pour faire de la session à mes côtés. Yannick s’investit beaucoup au sein des deux formations et compose également et écrit également des paroles.

Comment décrirais-tu Sercati musicalement ? Et en ce qui concerne The Nightstalker ?

Très vaste question, c’est dur d’y répondre. Sercati s’est retrouvé avec beaucoup de qualificatifs différents. Pour moi, il y a toujours l’ambiance Black Metal avec une influence progressive et quelques influences old school. Pour The Nightstalker, c’est plus Black Metal ambiant, beaucoup plus tirant sur le Doom.

Au fait, d’où vient ce nom, « Sercati » ?

De l’italien « cercati », qui provient de « se chercher ». En rapport avec notre personnage principal qui se cherche et qui cherche sa place. On l’a un peu torturé pour obtenir un truc original.

D’une manière générale, quelles sont tes influences musicales ? Celles-ci influent-elles sur la musique de ces deux projets ?

Satanic Warmaster reste ma plus grande influence. Au niveau des orchestrations pour l’orgue. J’ai vraiment cette affection pour l’orgue dans tous les arrangements. Sinon, je subis l’influence de Spectral ou Fangorn et ce genre de groupes. Niveau ambiance, j’ai souvent Agalloch comme exemple et Alcest.

A propos de Sercati, comment se passe la composition en général ?

Je visualise la suite de l’histoire, j’essaie de mettre les sentiments et l’histoire en musique. Chaque morceau correspond à une avancée dans le scénario. J’essaie vraiment de faire un lien entre les paroles et la musique. Les émotions que l’on peut ressentir à la place des personnages.

Vous avez récemment sorti un nouvel album, comment celui-ci a-t-il été accueilli jusqu’à présent ?

Positif, très positif. Nous sommes très heureux du résultat. L’enregistrement a été meilleur que tout ce que l’on pouvait imaginer et cela rend très bien justice à nos idées de base.

Peux-tu me décrire cet album ? Que ce soit musicalement, ou au niveau des textes. Y a-t-il un concept ?

Musicalement, il varie entre plusieurs choses. On garde toujours la patte de Sercati mais l’album est plus pêchu et travaillé au niveau orchestrations. Des morceaux plus « pagan » à des morceaux orchestraux, nous suivons toujours les aventures de notre personnage qui se bat contre son ennemi, le chien de l’enfer. Un premier combat qui lui fera connaître défaite et remise en question, ce qui mènera finalement à l’avènement du Nightstalker. C’est la suite directe du premier album et de l’histoire contée dans le premier album. Le concept continue et continuera dans la suite. L’histoire et l’univers du personnage fourmillent de choses à explorer et à raconter.

Par rapport à ses débuts, comment décrirais-tu l’évolution de Sercati ?

Du côté groupe et social, beaucoup de membres ont changé et les subtilités de chacun également. Du côté musical, on a évolué c’est clair. On a gardé cette marque qui est la notre en incluant de nouvelles influences et de nouvelles envies. On l’a ressenti pour l’enregistrement du deuxième album au niveau des orchestrations. Les enregistrements étaient plus mûrs.

Quels sont les projets du groupe actuellement ?

La suite de l’histoire et les lives. On est content de pouvoir rejouer sur scène et de faire plusieurs concerts. Mais l’histoire nous tient à coeur et nous voulons faire avancer notre personnage. Beaucoup d’éléments ont été insérés dans le deuxième album pour faire évoluer l’intrigue principale.

En ce qui concerne The Nightstalker, c’est un projet plus personnel, si j’ai bien compris, peux-tu l’expliquer ?

Dans Sercati, nous explorons les moments clés de l’histoire que j’ai écrit. Nous nous attardons sur les passages les plus importants ainsi que les batailles. Nous n’exploitons que très brièvement la complexité de la personnalité du personnage. Dans The Nightstalker, j’exploite cette facette du héros. J’essaie de le rendre plus compréhensible et plus proche de nous. Il a des doutes mais également des craintes et est enclin à des tourments. Mais, il a également ses moments de victoire. Je voulais exploiter certains de ses rapports humains, mais aussi insérer les personnages suivants importants auxquels on fait allusion dans Sercati pour permettre une meilleure compréhension de l’histoire.

thenightstalker

Qu’est-ce qui t’a inspiré ce projet ?

Batman, la vision du deuxième film à propos du chevalier noir de Nolan. Dans le cinéma, j’ai eu la chanson « The Nightstalker » de Sercati qui me tournait en tête. Du coup, en rentrant je l’ai écrite et nous sommes partis de ça pour la conception du premier album. L’envie de pouvoir continuer l’histoire m’a donné l’idée de continuer à écrire des morceaux, mais qui ne collaient pas à l’ambiance de Sercati. Ceci m’a donc donné l’idée de faire un essai « annexe » à Sercati. Et vu que l’histoire était partagée, mais que cela s’orientait plus sur la psychologique du personnage, j’ai décidé de le nommer simplement par le nom du héros. En quelques mois, j’enregistrais et mixais le premier essai qui allait devenir le premier album.

Pourquoi l’avoir nommé ainsi ?

Je voulais que le personnage n’ai pas un nom avec une bonne connotation. Il n’est pas vu par les humains, ou du moins, très peu et on ne sait pas si il agit pour le bien ou le mal. L’ambiguïté sur son rôle. Je voulais juste qu’il soit celui qui veille dans l’ombre et la nuit la plus sombre. Et finalement, c’est parti sur des histoires plus fantastiques.

Peux-tu également parler de tes romans ? Comment peut-on se les procurer ?

J’ai écrit les deux romans à la suite du premier album de Sercati, je voulais remettre en nouvelles racontées par l’ange, l’histoire du premier album. Cela devait être un complément à la compréhension de l’histoire du premier album. Mais au final, j’ai anticipé en écrivant l’histoire que nous allions évoquer dans le deuxième album. Puis, de fil en aiguille, je me suis attaché au personnage et j’ai écrit un tas de petites nouvelles en insérant des nouveaux personnages, rendant ainsi son univers plus complexe et plus riche. J’ai donc édité, via Thebookedition, le premier recueil de nouvelles et, l’inspiration trop grande, j’ai écrit un second tome. On peut les trouver sur le site de Thebookedition via ces liens : ici et ici.

Tu as déjà sorti un album, quels sont donc tes projets futurs pour The Nightstalker ?

Le deuxième est disponible, « The Chronicles of Natural City », toujours sous Wolfshade records. Cet album n’avance pas beaucoup dans l’histoire de fond mais ajoute beaucoup de personnages secondaires, facilitant la compréhension de l’histoire dans Sercati, mais n’étant cependant pas obligatoire. J’ai voulu détailler la perception que le héros a de l’univers qui l’entoure et des autres personnages. Que cela ne soit pas moi en tant qu’auteur qui les définissent mais le héros lui-même afin de rendre le tout plus immersif. Je travaille actuellement à l’écriture du troisième album en parallèle de l’écriture pour Sercati et celle du troisième livre.

As-tu d’autres projets en vue, hormis les actuels ?

Je travaille sur un livre de jeux de rôles sur la base de l’univers du Nightstalker. J’aimerais que les gens qui aiment Sercati et l’univers autour puissent plonger dedans, s’en imprégner. Que cela ne soit pas juste un concept mais aussi une possibilité d’interagir sur cet univers. Le jeu de rôle me semblait tout désigné. J’ai des idées pour peut-être un court métrage, mais encore rien de sûr. Sinon, je m’attelle à un nouveau format, j’enregistre en ce moment le journal du Nightstalker – le livre – en audio. J’ai uploadé les deux premiers chapitres. Si le format vidéo ne suit pas, je voulais donner une autre dimension au livre, pouvoir rentrer dans l’univers malgré les contraintes techniques. Le domaine sonore me semblait plus accessible. Du coup, le personnage raconte son histoire avec diverses ambiances et sons, telle une saga mp3 mais en version « sérieuse » et dramatique, à écouter ici.

Souhaites-tu ajouter quelque chose pour terminer ?

Si je peux faire le moment pub, défoulons-nous, alors. Voici les différents liens nous concernant. Pour Facebook : Sercati et The Nightstalker. Celui-ci est un blog reprenant des textes de la musique et beaucoup d’informations sur l’univers du Nightstalker permettant aux auditeurs de mieux cibler et se représenter les protagonistes : ici. Le site de Sercati est toujours en construction mais sera rapidement disponible : ici. Je te remercie pour la possibilité de cette interview et invite tous ceux qui la liront d’écouter Sercati ou The Nightstalker et de venir s’ajouter sur Facebook pour suivre nos actes.

*

Eh bien, merci également à Steve d’avoir si gentiment (et si rapidement) répondu à mes petites questions ! Méfait accompli, si je puis dire !

Publicités

2 réflexions sur “Interview avec Steve Fabry pour Sercati et The Nightstalker

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s