Deepshow et Leng Tch’e : Interview avec Serge

Aujourd’hui, c’est au tour de Serge, hurleur attitré de Deepshow et Leng Tch’e, de répondre à mes questions. Si vous êtes en quête de délicatesse et de raffinement, passez votre chemin. Quant aux autres, vous n’en apprendrez sans doute pas plus que moi à propos de ces deux groupes, mais vous rirez peut-être un peu…

SM_055

Pour commencer, Serge, une question basique : peux-tu nous raconter ton parcours dans la musique ?

J’ai commencé en 1996 avec des amis à Bruxelles, on faisait des reprises de Pantera, Metallica, Slayer, et Machine Head. J’ai rejoint Gloria Victis (Metal) et Storm of Pain (Hardcore/Metal) en 1997. Puis, je suis parti en 2002 à Paris où j’ai rejoint The Cleaner (Thrash/Death). Je suis revenu en Belgique en 2004, et suis resté inactif musicalement pendant 24 mois avant de rejoindre Ackros et fonder avec Rudy Dumont, alias Pink, un projet que l’on pourrait qualifier comme étant la genèse de Deepshow. Leng Tch’e m’a contacté en 2008 et j’y officie toujours aujourd’hui. Par contre, j’ai quitté Ackros par la suite. En 2011, Pink et moi avons réactivé le projet Deepshow, la suite est encore à écrire…

Quelles sont tes influences, tes groupes préférés ? En quoi ces influences se répercutent-elles dans les groupes auxquels tu participes ?

Mes influences sont multiples et assez hétéroclites. De Pantera à Peter Gabriel, en passant par Imagination, Origin, Down, Leonard Cohen, Portal, Depeche Mode, Slade, The Cars, Mayhem, Devourment…

D’ailleurs, comment décrirais-tu, d’une part le style de Deepshow et d’autre part celui de Leng Tch’e ?

Deepshow est comme une relation sexuelle voluptueuse, sensuelle, évolutive et rythmée par des coups de reins suaves. Leng Tch’e c’est : tu me suces, je te baise, j’éjacule et je dors.

En tant que chanteur, as-tu une manière différente de travailler dans chaque groupe ? Comment cela se passe, en général ?

Non, j’aborde mon travail toujours de la même manière : je m’adapte.

Si tu écris des textes, qu’est-ce qui t’inspire le plus ?

Les tortures à infliger à mon ex… Plus sérieusement, ce qui m’inspire c’est mon degré de testostérone. Quand il est bas, le texte va chez Deepshow. Quand il est haut, Leng Tch’e se fait un plaisir de l’accueillir. Le thème varie au grès de mes observations.

Apparemment, Deepshow est sur le point de sortir un nouvel album, peux-tu nous en dire un peu plus ? À quoi peut-on s’attendre ?

Attendez-vous à de la dynamite. La démo que nous avons sortie en 2012 n’est qu’un faible aperçu de ce que le groupe représente réellement. Si la démo vous a plu, l’album aura sa place dans votre discothèque.

Peux-tu nous expliquer comment s’est passé l’enregistrement de cet album ?

Non. Je devrais vous tuer pour cela.

De mon point de vue, au niveau scénique, tu es assez communicatif, est-ce quelque chose sur laquelle tu travailles ou cela vient naturellement ?

Mes trois chats sont un jury très exigeant. Je leur dois tout.

D’ailleurs, à quoi penses-tu quand tu es sur scène ?

Je me dis : « Eh merde, je suis encore le seul noir dans cette salle ! »

Toujours sur scène, quel serait ton meilleur souvenir en live, que ce soit avec Deepshow ou Leng Tch’e ?

Je m’éclate à chaque show.

Avec quel groupe rêves-tu de partager un jour une affiche ?

Down. En fait, n’importe quel groupe de Phi Anselmo.

Sinon, tu as créé le buzz il n’y a pas très longtemps en montant sur scène avec Phil Anselmo, peux-tu nous raconter un peu comment cela s’est passé ? Comment tu t’es senti à ce moment-là ?

Il m’a invité à monter sur scène avec lui, très certainement parce que j’étais encore le seul noir de la salle. Enfin, bref… après m’avoir entendu annoncer correctement le titre du morceau suivant qu’ils allaient interpréter. Quand je me suis retrouvé sur scène, je me suis dit : « Ça y est, putain… ENFIN ! Bon beh, il va falloir gérer, là ! » Le reste est visible dans la vidéo (ici).

Enfin, nous avons déjà évoqué le prochain album de Deepshow, mais qu’en est-il de l’actualité de Leng Tch’e ?

Leng Tch’e est en préproduction pour son prochain album dont la sortie est prévue pour la première moitié de 2015.

Pour terminer, que dirais-tu au public pour les motiver à venir voir Deepshow à Chapelle le 12 septembre ?

Ah bon ?! On joue à Chapelle?

Et la question bonus : qu’as-tu fait de la banane ?

Tu dois confondre avec mon sexe au repos, désolé…

*

Pour comprendre l’histoire de la banane, rendez-vous à la fin de l’article suivant : ici. Pour le reste, rendez-vous demain à Chapelle. N’oubliez pas non plus avant de partir de jeter un oeil à l’interview de Nicholas de The 1984, qui partagera l’affiche avec Deepshow : ici.

10606154_348339258665803_2744192870602659001_n

Publicités

Une réflexion sur “Deepshow et Leng Tch’e : Interview avec Serge

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s