Interview avec Paul Gilbert

[ENGLISH VERSION BELOW]

Considéré comme un guitar hero, Paul Gilbert est principalement connu pour faire partie du groupe de Hard Rock américain Mr. Big, il est également professeur de guitare et a à son actif plus d’une dizaine d’albums solo. Il vient d’ailleurs d’en sortir un nouveau : « Stone Pushing Uphill Man » dont il est, entre autres, question dans cette interview, réalisée en partenariat avec Riff d’Enfer.

10705150_10204645708209339_902072706_n

Bonjour Paul et merci pour cette interview par mail ! Comment s’est passé l’écriture de “Stone Pushing Uphill Man” ?

J’ai commencé en écrivant “Purple Without All The Red”. Je l’aimais bien, mais j’avais peur que ça ne soit pas assez hard rock, donc j’ai décidé de reprendre “Working For The Weekend” de Loverboy. Je me suis tellement amusé à jouer les mélodies vocales avec ma guitare, que j’ai décidé de faire plus de reprises dans ce style. Et c’est devenu la majorité de l’album. À la fin, j’ai finalement écrit quelques morceaux en plus, mais la majeure partie de mon inspiration est venue en écoutant des chanteurs.

“Stone Pushing Uphill Man” est-il un album concept, si oui, quel en est le fil rouge ?

Jouer des melodies vocales avec ma guitar est certainement un theme. J’avais pensé à faire un concept album qui mettrait en valeur la philosophie de “l’unité mondiale du voltage”. En Amérique, le voltage est de 120v. Au Japon, c’est 100v. En Europe, c’est 220v. En Angleterre, c’est toujours 220v, mais toutes les prises ont des formes différentes. Pourquoi ? Tout cela semble très arbitraire et c’est certainement un inconvénient pour ceux qui voyagent. Je pense que si on pouvait unifier mondialement le voltage et les prises de courant, on serait alors plus enclin à trouver de bonnes relations ailleurs. Quoiqu’il en soit, je ne suis pas sûr que cela fasse de bonnes chansons rock, donc je ne sais pas si je ferai un jour cet album.

J’aime vraiment l’artwork de l’album, qui l’a réalisé ? Y-a-t’il une signification en rapport avec l’album ? Qui est l’homme qui pousse la pierre sur la guitare ?

Mon ami, Ben Dewey, a fait les illustrations. C’est un dessinateur de BD professionnel et nous partageons les mêmes goûts, que ce soit en termes de musique, d’humour et d’amour de la science. Le concept est qu’un musicien n’est jamais ‘’fini’’. Il y a toujours quelque chose à faire en plus en musique. C’est beaucoup de travail et ça ne finit jamais, mais… J’adore ça. Je ne veux pas que ça finisse !

10705325_10204645734329992_408558591_n

Dans ta biographie, tu nous parles de tous les artistes qui t’ont influencé. Le choix n’a pas été trop dur pour toi de choisir tel ou tel artiste pour tes inspirations ?

Je choisis des chanteurs que j’envie ! Je rêverais de chanter comme Steven Tyler, Paul McCartney, Sting ou James Brown. Mais ma voix est très limitée. Je n’ai pas les notes hautes ou la super tonalité des chanteurs que j’adore. Mais les notes sont disponibles sur ma guitare, donc c’est très satisfaisant de jouer ces mélodies sur un instrument avec lequel je me sens bien.

Pour l’enregistrement de l’album tu t’es entouré de très belles pointures, comment s’est passé le recrutement de ceux-ci ?

Mike Portnoy et moi avons fait beaucoup de concerts d’homage ensemble. On a joué dans des tributes des Beatles, The Who, Rush et de Led Zeppelin. Donc je savais que Mike comprendrait la beauté de la frappe de Ringo sur “Why Don’t We Do It in the Road”. Kenny Aronoff est aussi présent sur l’album. Il a joué avec tellement de musiciens légendaires de styles différents, donc je savais qu’il serait génial pour jouer différents styles sur l’album.

Une tournée est-elle prévue pour la promo de l’album ? Si oui, passeras-tu par la France et la Belgique ?

Ma prochaine tournée prévue est avec Mr. Big. Cela se passera en octobre et novembre de cette année. Je serai de retour en Europe l’an prochain, seul, pour des consultations en guitare et peut-être quelques concerts, mais je n’ai pas encore les dates précises. Je suis sûr que je finirai par passer par la France et la Belgique !

Cela n’a pas été trop dur de jongler entre les enregistrements pour ton album solo et celui de Mr. Big qui sort prochainement ?

C’est de la musique. C’est du rock’n’roll. J’écoute et je joue, tout simplement.

En parlant de Mr. Big, nous avons appris pour Pat Torpey, j’espère qu’il va bien ?

Pat Torpey a été diagnostiqué comme étant atteint de la maladie de Parkinson, donc il a dû faire face à de réels défis. Mais c’est quelqu’un de fort et il fait tout ce qu’il peut pour garder sa santé et son esprit en bonne forme. Il ne pourra pas jouer tout le set avec nous sur cette tournée, mais il fera des apparitions si sa santé le permet. On le considère toujours comme un membre du groupe.

Quels sont les guitaristes qui t’ont influencé ?

Tous entre 1964 et 1984 ! J’ai passé la plupart du temps à écouter de la musique de cette époque. En voici quelques-uns qui me viennent à l’esprit…Jimmy Page, Eddie Van Halen, Pat Travers, Robin Trower, Frank Marino, Alex Lifeson, Jimi Hendrix, Joe Perry, Brad Whitford, Jimi Kidd, Ace Frehley, Johnny Ramone, Ted Nugent, Steve Jones, Leslie West, Randy Rhoads, Mick Ronson, Michael Schenker, Gary Moore, Yngwie Malmsteen, Rick Nielsen, Paul Chapman, Rick Emmett, B.B. King, George Harrison, John Lennon, Angus and Malcolm Young, Brian May… Il y en a tellement !

Tu es considéré comme un guitar hero, si tu devais partager des solos avec un guitariste disparu, ce serait qui ?

Eh bien, Jimi Hendrix, bien sûr. Ou peut-être Freddie King.

Si tu pars en tournée, quels musiciens t’accompagneront ?

Pour mon groupe solo, je prends souvent des personnes différentes. Dans le passé, j’ai joué avec Jeff Bowders, Jeff Martin, Scot Coogan et Thomas Lang à la batterie. Pour la basse, j’ai tourné avec Mike Szuter, Linus of Hollywood, Craig Martini et Kelly LeMieux. Tous ces mecs sont fantastiques !

Quel est le dernier CD que tu as écouté ?

Une compilation d’enregistrements de Link Wray.

Si tu devais emporter avec toi 5 albums sur une île déserte, ce seraient lesquels et pourquoi ?

Les Beatles : “Help”, “A Hard Day’s Night” et “Rubber Soul”, le premier album de Van Halen et… Peut-être un Jimmy Hamilton avec sa clarinette jazz ou le CD de saxophone de Johnny Hodges, comme ça j’aurai quelques nouvelles séquences à étudier.

Si tu possédais une machine à remonter le temps, tu choisiras quelle date et pourquoi ?

J’adorerais retourner en arrière et voir quelques-uns de ces animaux géants qui vivaient avant. Ou peut-être simplement quelques centaines d’années en arrière pour écouter Mozart, Beethoven ou Bach jouer en live.

Comment te prépares-tu avant un concert ? As-tu un rituel, si oui, lequel ?

J’essaie juste d’entrer dans le groove de la première chanson. Je commence à taper du pied et j’improvise sur le tempo, comme ça je peux avoir le bon feeling.

Le mot de la fin pour tes fans ?

Si vous jouez de la guitare, checkez mon école de guitare en ligne : ici. J’ai réalisé plus de 2000 leçons en vidéo pour les étudiants. J’adorerais vous voir jouer aussi ! Merci !

*

Considered as a guitar hero, Paul Gilbert is principally known for playing in the american Hard Rock Band Mr. Big, he’s also guitar teacher and has already realised more than ten solo albums. By the way, he just realised a new one entitled « Stone Pushing Uphill Man » that he talks about in this interview. The interview, made in partnership with Riff d’Enfer.

10660810_10204645708409344_714918383_n

Hello Paul and thank you a lot for this interview by e-mail ! How did the writing process of “Stone Pushing Uphill Man” go ?

I began by writing “Purple Without All The Red”. I liked it, but I was worried that it didn’t rock hard enough, so I decided to cover “Working for the Weekend” by Loverboy. I had so much fun playing the vocal melodies on my guitar, that I decided to do more cover songs in this style. And that became most of the album. At the end, I finally did write a couple more songs, but most of my inspiration came from listening to singers.

Is “Stone Pushing Uphill Man” a concept album ? If so, what is its common theme ?

Playing vocal melodies with my guitar is certainly a theme. I’ve thought about doing a concept album that would promote the philosophy, “Unite World Voltage”. In America the voltage is 120v. In Japan it’s 100v. In Europe it’s 220v. In the UK it’s still 220v, but all the plugs are different shapes. Why? It all seems arbitrary, and it’s certainly inconvenient for anyone who travels. I think that if we can unite world voltage and power outlets, then we are one step closer to finding good relations in other areas. Anyway, I’m not sure if this would make good rock lyrics, so I don’t know if I will ever make that album.

10705325_10204645734329992_408558591_n

I really like the album artwork, who did it ? Is there any particular link with the album ? Who is the man who pushes the stone on the guitar ?

My friend, Ben Dewey, did the illustrations. He’s a professional cartoonist, and we share similar tastes in music, humor, and love of science. The concept is that a musician is never finished. There is also something more to do with music. It’s a lot of work, and it never ends, but… I love it. I don’t want it to end !

In your biography, you tell us about the artists who inspired you. The choice was not too hard for you to choose this or this artist for your inspirations ?

I chose singers that I envy ! I wish I could sing like Steven Tyler, Paul McCartney, Sting, or James Brown. But my singing voice is very limited. I just don’t have the high notes or the great tone of the singers that I love. But the notes are available on my guitar, so it’s very satisfying to play those melodies on an instrument that I feel comfortable with.

For the album recording you were surrounded by amazing big names, how did their recruitment go?

Mike Portnoy and I have done many tribute shows together. We played tributes to The Beatles, The Who, Rush, and Led Zeppelin. So I knew Mike would understand the beauty of Ringo’s drumming in “Why Don’t We Do It in the Road”. Kenny Aronoff also played on the record. He has played with so many legendary musicians of different styles, so I knew that he would be great for playing the different styles on the record.

Is a tour scheduled for the album promotion ? If so, will you come in France and in Belgium ?

My next tour coming up is with Mr. Big. That is happening this October and November. I’ll be coming back to Europe next year on my own for guitar clinics, and maybe some shows, but I don’t have the specific dates yet. I’m sure I’ll make it to France and Belgium eventually !

Was it not too difficult to switch between the recordings for your solo album and the recordings for the Mr. Big album planned to be out soon ?

It’s all music. It’s all rock and roll. I just listen and play.

While on the subject of Mr. Big, we learnt about Pat Torpey, I hope he is fine ?

Pat Torpey has been diagnosed with Parkinson’s disease, so he has some real challenges that he faces. But he is a strong person, and he is doing everything that he can to keep his health and his spirit in good shape. He won’t be able to play the whole set with us on this tour, but he will be making appearances if his health allows. We still think of him as part of the band.

Who are the guitarists who inspired you ?

Everyone between 1964 and 1984 ! I’ve spent the most time listening to music in that era. Here are some that come to mind… Jimmy Page, Eddie Van Halen, Pat Travers, Robin Trower, Frank Marino, Alex Lifeson, Jimi Hendrix, Joe Perry, Brad Whitford, Jimi Kidd, Ace Frehley, Johnny Ramone, Ted Nugent, Steve Jones, Leslie West, Randy Rhoads, Mick Ronson, Michael Schenker, Gary Moore, Yngwie Malmsteen, Rick Nielsen, Paul Chapman, Rick Emmett, B.B. King, George Harrison, John Lennon, Angus and Malcolm Young, Brian May… There are so many !

You are considered as a guitar hero, if you had to share some solos with a deceased guitarist, who would it be ?

Well, Jimi Hendrix, of course. Or maybe Freddie King.

If you go on tour, who will be the musicians by your side ?

For my solo band, I often take different people. In the past, I’ve played with Jeff Bowders, Jeff Martin, Scot Coogan, and Thomas Lang on drums. For bass, I’ve toured with Mike Szuter, Linus of Hollywood, Craig Martini, and Kelly LeMieux. All those guys are fantastic !

What’s the last CD you’ve listened to ?

A compilation of Link Wray recordings.

If you had to take with you only 5 albums on a desert island, which ones would you choose and why ?

The Beatles, “Help,” “A Hard Day’s Night,” and “Rubber Soul,” the first Van Halen album, and… maybe some Jimmy Hamilton jazz clarinet or Johnny Hodges sax record, so I have some new licks to study.

If you owned a time machine, which date would you choose and why ?

I’d love to go back and see some of those giant animals that used to be around. Or maybe just back a few hundred years to hear Mozart, Beethoven, or Bach play live.

How do you prepare yourself before a show ? Do you have a ritual, if so, which one ?

I just try to get into the groove of the first song. I’ll start stomping my foot and improvising with that tempo, so I can get the right feeling.

Do you have a word for your fans to end this interview ?

If you’re a guitar player, please check out my online rock guitar school : here. I’ve made over 2000 video lessons for the students there. I’d love to hear you play as well ! Thank you!

Publicités

Une réflexion sur “Interview avec Paul Gilbert

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s