Bienvenue Cryptogenic : l’interview découverte !

Telle l’épée de Damoclès, un nouveau souffle Death s’apprête à s’abattre sur nos têtes. Il s’agit d’une toute nouvelle formation, certes, mais composée de quelques noms que l’on a déjà entendu çà et là dans la région. Ce n’est rien de le dire, puisque c’est notre homme orchestres national, celui-là même qui détruit des fûts depuis de nombreuses années dans diverses formations belges de tous styles et organisateur émérite au sein du Metal Corporation, Yohann, qui se colle à l’exercice de l’interview pour présenter son dernier projet : Cryptogenic, dont le premier né « There Is No Hope… Beyond Mutation » promet de faire parler de lui !

crypto

Cryptogenic est un groupe assez récent, peux-tu quand même m’expliquer sa formation ? Comment s’est passé le recrutement des membres ?

Cryptogenic  s’est formé en juillet 2014 suite à notre départ de Skelt’s : Geof, Steph et moi-même. Avec Geof, nous avions le projet depuis la fin de Domine Hate (et oui ça remonte tout ça !) de former un groupe avec une fille au chant. Nous ne l’avions jamais concrétisé car nous ne trouvions pas de growleuse dans la région,  je suis également entré dans divers groupes et  je n’avais pas le temps pour un projet de plus avec les études. Il y a environ un an, je découvre la page Soundcloud d’une certaine Catarina par le biais de Jerem (Aktarum/Marrow of Kaladrius) celui-ci gérait l’instrumental de la plupart des covers sur la chaîne. J’ai partagé directement le lien Soundcloud à Geof qui, super emballé m’a  relancé sur le projet et qui, cette fois, a abouti quelques mois après ! Nous avons contacté et auditionné Cat et suite à cela, elle est entrée dans le groupe.  Nous étions également à la recherche d’un guitariste rythmique, nous avons passé une annonce, Rui (Epidemian) nous a directement répondu car il était intéressé par le projet et il a également intégré Cryptogenic.

Peux-tu me présenter, ensuite, les différents membres, même si on les connait un peu ? Qui fait quoi dans le groupe, y compris au niveau des compos et de l’écriture des textes ?

Le groupe est composé de Cat au chant. Ensuite, nous avons Steph (ex-Skelt’s) à la gratte soliste, Geof (ex-Skelt’s, Domine Hate, et Spectre) à la basse, Rui (Epidemian) à la gratte rythmique et moi-même derrière les fûts (ex-Skelt’s, Domine Hate et Corpor(H)ate). Pour les compositions, Steph s’occupe de la partie instrumentale, il nous envoie les compositions sous forme de tablatures et de fichiers audios, ensuite nous travaillons sur les modifications générales avant de greffer notre patte pour chacun des instruments. Pour les textes, Geof s’en charge et nous a concocté, pour ce premier opus, un concept-album post-apocalyptique qui paraitra aussi sous-forme de nouvelle dans les prochains mois.

Et à côté de Cryptogenic, qu’est-ce que vous faites ?

Cat a participé à quelques featurings sur les albums de Marrow of Kaladrius et Fecal God. Rui joue de la basse dans Epidemian. Je tape aussi dans Mystica, Feed Them Lies et Black Harmonia. Et m’occupe du Metal Corporation. Tandis que Geoffrey s’occupe du Female Fronted Metal Extreme, une association comptant plusieurs groupes à growleuse européens tel que In Mute et Mechanical God Creation.

D’ailleurs, « Cryptogenic », d’où vient ce nom ? Qu’est-ce qu’il signifie ? Comment l’avez-vous choisi ? Ce choix a-t’il été  facile ?

C’est Cat qui l’a trouvé ! À vrai dire, nous étions encore sans nom lors des enregistrements de l’album et c’est au Rising Studio que Cat est venue avec cette proposition qui a fait l’unanimité, même de la part de Ben (l’ingé-son du Rising). En fait  Cryptogenic  signifie : « dont l’origine est inconnue » comme une maladie inexplicable et ça collait hyper bien avec notre concept de l’album ! Nous n’avons pas hésité une seconde !

Vous êtes rentrés en studio rapidement, comment ça s’est passé ? Et où, d’ailleurs ?

Même sans chanteuse, nous nous sommes attelés à écrire cet album. Nous avions déjà bien entendu des compositions avant la création effective du groupe via notre ancienne formation où Steph était également le compositeur, quand tout cela a été prêt nous sommes partis au studio pour l’enregistrement instrumental. Les voix, quant à elles ont été enregistrées fin d’année, le temps de bosser et finaliser les textes et que Cat prenne un peu la température et prépare bien sa voix car c’était sa première expérience studio ! Nous avons enregistré au Rising Studio (ex-Jack Studio). Le meilleur studio de Wallonie pour moi, situé dans un cadre magnifique tenu par des personnes formidables. C’est un peu les vacances chez eux et on y apprend vraiment beaucoup à chaque fois tant sur le plan musical que humain ! Il y a pas de mot assez poignant dans le lexique français pour décrire une session là-bas, il faut juste y aller, tous les groupes du Rising diront la même chose. Je n’attends qu’une seule chose : y retourner le plus vite possible et déguster la succulente  tourte de Nath !

Comment décrirais-tu le style de Cryptogenic ? de quels groupes pourrait-on se rapprocher ?

Difficile question à répondre pour ma part car chaque morceau puise dans des influences diverses et l’album regorge de passages très différents ! Par exemple, vous pouvez entendre des passages Death passant au Black, puis au Heavy, au Thrash, au Metalcore et Deathcore,… Nous avons tous au sein du groupe des influences dissemblables et le melting-pot de tout ça  donne le son Cryptogenic. Mais pour éviter toute confusion, nous collons l’étiquette Modern Death Metal. « Death » parce que c’est le style qui ressort le plus du lot et qui est le plus représenté surtout par la voix et « Modern » pour toutes les influences diverses que nous aimons ajouter dans notre musique.

Dans le même ordre d’idées, quels sont les influences des membres du groupe ? Comment s’intègrent-elles dans vos compos ?

Dans les influences : Steph,  écoute tout ce qui est Prog et Mathcore ainsi que beaucoup de Blues et vieux Rock ce qui se laisse transpirer dans ses soli. Geof, lui, c’est beaucoup de Black, de Death, du Symphonic Black, Melodic Death et du Doom, tout ce qui est sombre quoi ! Cat, elle écoute beaucoup de vieux Death, du Slamming, ainsi que beaucoup de Technical Death ! Rui, lui est dans tout ce qui extrême, gros riffs, rapidité fulgurante et grosse technique, c’est ce qu’il adore. Et moi, j’écoute vraiment de tout puisque que je joue dans des groupes différents mais pour Crypto ; mes influences baignent plus dans le Technical et Brutal Death avec tapis de double-kicks rapides et blast-beats omniprésents !

Comme je l’ai dit au-dessus, Steph a entièrement composé cet album on peut entendre ses influences durant tout le long mais dès que nous avons bossé les morceaux  avec batterie et basse, nous avons tout mis à notre sauce tout en gardant la ligne conductrice de Steph. Pour le deuxième album, je pense qu’on le composera tous ensemble car mélanger les influences de Rui et Steph niveau gratte, ça risque de faire très mal !

Parlons un peu de votre artwork, qui l’a réalisé et quelles en sont les clés pour le comprendre ?

C’est Vinz d’Hybrid Graphic qui s’en est occupé et qui a fait un excellent boulot. C’est un bon contact du Rising et puisque nous avions vu son travail pour Coldstoned et de Divide the Divine, nous savions  d’avance qu’il allait faire du bon travail. L’artwork nous plonge dans ce monde post-apocalyptique à travers la mutation, on peut d’ailleurs y apercevoir l’évolution de la mutation de notre protagoniste. La pochette quant à elle, montre toute la détresse et le début de folie de notre personnage principal.

crypto_cover

Sinon, de quoi parlent vos textes ? Y-a-t’il un concept caché derrière le titre de ce premier album ?

Oui, “There Is No Hope… Beyond Mutation” est un album conceptuel qui prend place dans un monde post-apocalyptique où les humains mutent par un virus inconnu. Le virus se propage et transforme les personnes en mutants sanguinaires. Durant tout l’album, nous suivons la transformation de notre protagoniste qu’elle soit physique ou dans sa perception du monde qui l’entoure et tout ce qu’il ressent à travers l’histoire. Voilà je n’en dis pas plus, toutes les paroles sont dans le livret donc courez l’acheter !

Ce premier album qui est déjà en vente : avez-vous déjà eu des échos de la part du public ?

Pour l’instant, tous les échos que nous en avons eu ont été très positifs ! Nous sommes super contents ! Nous avons envoyé l’album à divers webzines, nous attendons avec impatience leurs critiques bonnes ou mauvaises !

Et très bientôt la première date ! Quel est votre état d’esprit par rapport à ça ? Avez-vous des craintes, des appréhensions ?

Nous sommes super impatients  d’être le 13 ! Le seul hic, notre guitariste Steph est en pleine rééducation donc il ne sera pas présent lors des premières dates ! C’est vraiment dommage ! Nous allons jouer sur bandes c’est-à-dire la gratte de Steph passera en façade avec les séquences. Nous sommes tous des habitués de la scène puisque nous jouons et avons joué tous dans d’autres groupes ! Sauf Cat, c’est son tout premier concert, elle est un peu stressée mais une fois sur scène je suis certain qu’elle va se lâcher et impressionner tout le monde !

Tu aurais un petit mot pour motiver les gens à venir vous découvrir le 13 février ?

Premier concert de Cryptogenic, c’est une occasion à ne pas rater en plus des autres groupes formidables : Metrydia, Mystica, Kause 4 Konflikt et OTARGOS ! Bougez- vous et soutenez la scène locale !

Sinon après cette première date, plusieurs vont s’enchaîner, peux-tu nous les rappeler ?

Oui le lendemain toujours avec les mêmes groupes à la Péniche Igelrock de Douai. Le 28 février à Ransart avec Orna, Colossus, Pyrah et Anwynn ! Une date avec les filles à l’honneur ! Le 6 mars au Verlichte Geest de Roeselare avec les Brésiliens d’Unearthly et les Polonais de Northern Plague. Le 1er août avec Leng Tch’e et Arkham Disease à la Taverne du Théâtre de La Louvière !  Plus beaucoup d’autres qui doivent encore se confirmer !

Une  chose est sûre, nous sommes vraiment ravis de l’engouement généré pour un groupe qui ne s’est pas encore défendu en live par les likes sur notre page et les propositions de concerts ! Cela fait super plaisir, merci à tous !

Sinon, il est peut-être un peu tôt pour en parler, mais avez-vous déjà des projets pour les prochains mois, hormis les concerts ?

Nous allons d’abord nous attarder aux dates et bosser le set de l’album. Ensuite nous allons recomposer pour le deuxième album ! Nous avons déjà nos idées pour le concept et Steph, étant une machine à riffs, a déjà proposé quelques pistes et morceaux à développer ! Stay tuned comme on dit aux States !

Enfin, on reparlera très bientôt de Cryptogenic sur le blog, mais en attendant, si tu veux ajouter quelque chose, c’est le moment, c’est l’instant !

Merci à toi pour cette interview et pour tout ce que tu fais pour la scène locale ! Il en faudrait plus de gens comme toi ! A bientôt !

*

Merci pour le compliment, mais j’en connais d’autres qui se bougent puissance 1000 pour la scène et qui méritent de gros et grands merci… Je ne vise personne, mais j’fais quand même un p’tit clin d’oeil aux familles Metal Corporation et Hell-Metal, ainsi qu’à tous les amis qui gravitent autour !

Enfin, vous l’aurez compris, fan de Death moderne et de growleuses qui en ont comme il faut, là où il faut, Cryptogenic est un groupe à suivre. Donc, pour les écouter, rendez-vous : ICI et pour suivre toute leur actualité, c’est par ICI. Et pour les plus téméraires, je vous enjoins ardemment à venir découvrir le phénomène en live la semaine prochaine : ICI.

otargos+crypto

Publicités

3 réflexions sur “Bienvenue Cryptogenic : l’interview découverte !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s