Pyrah : Le portrait de Stephany

Toujours dans le but de vous présenter un peu différemment les groupes présents ce samedi lors de l’événement « Les Filles à l’Honneur », il est temps à présent de découvrir le groupe français, Pyrah, à l’aide des portraits de Stephany, la chanteuse, qui alterne avec aisance chant clair et growls, ainsi que celui de Lucie, la batteuse. Commençons sans plus tarder la reconstitution du puzzle avec le portrait de Stephany, combiné à une présentation plus approfondie qu’un simple nom et une origine géographique.

stephanyBonjour Stephany, peut-on commencer par une petite présentation générale de toi ?

Bonjour. Je suis une toute petite femme de 28 ans d’origine espagnole, maman d’une petite fille de 3 ans. Ne faisant malheureusement pas que de la musique dans la vie, je suis également conductrice de transports en communs. Et à part ça, je ne sais que vous dire d’autre.

Ensuite, peux-tu me raconter l’histoire de Pyrah, ainsi que m’en présenter ses membres ?

Pyrah est né fin 2012. Lucie et moi avions décidé de créer un projet. Nous avons contacté une salle de répétition afin que nous puissions aller nous entraîner sur quelques morceaux de reprises ! Batterie/voix, étrange me direz-vous, oui je vous l’accorde, mais très drôle ! C’est ici que nous avons rencontré Olivier, bassiste cherchant un groupe, nous nous sommes dit que ce serait une bonne idée d’essayer, ça n’engageait à rien ! Olivier, notre « papi », à la base bassiste Funk/Jazz rejoint en premier le projet.  Après ça, nous avons intégré Jean-Loup , compositeur déjanté, mais dans le bon sens du terme ! Je ne vous en dirai pas plus pour le moment.

D’où vient ce nom, d’ailleurs, « Pyrah », que signifie-t-il ?

J’aimerai beaucoup vous dire que Pyrah fait référence à une Déesse du feu antique celtique ou de n’importe où, un truc en rapport avec tout ça, ce serait classe, il faut bien l’avouer ! Mais en fait je ne peux pas puisque ce serait mentir. Il se trouve que notre batteuse avait dans son entreprise un logiciel nommé « Pyra », elle a proposé ça lorsque nous cherchions un nom pour le groupe, en rigolant, sauf que ça nous a plu à tous, nous avons juste rajouté le « H » et avons adopté le nom ! Pas mal, hein ?

Comment décrirais-tu le style du groupe et quelles en sont ses influences principales ?

Je décrirais Pyrah comme un style limite inexistant. Pour essayer de nous « classer », je dirais que c’est du metal progressif à chant féminin ou du metal alternatif. Les influences sont très variées, ce qui fait du style quelque chose d’assez spécial. Nous avons d’un côté du progressif, avec des groupes comme Tool, du symphonique, heavy, power, avec des groupes comme ReVamp, Epica, Doro. Ensuite, nous pouvons trouver des influences comme Craddle Of Filth, du Death, Thrash, et tout autour de ça vient se poser des influences Funky/Jazz ! Maintenant, je vous laisse deviner qui est influencé par quoi ! Pour l’un d’entre nous, c’est très simple, je vous en ai fait cadeau !

Et quelles sont tes influences personnelles, tes groupes préférés ?

Du coup, vous trouverez tout de suite les influences de chacun, c’est pas du jeu ! Personnellement, je suis plus dans le sympho, heavy à la base ! Le tout premier groupe que je vais vous citer sera Queen, il a bercé toute mon enfance, toute ma vie et Freddie Mercury est pour moi l’une des voix les plus prenantes de l’histoire du Rock et de la Musique. Je citerai également ReVamp, qui pour moi est un des meilleurs groupes actuels, parce que j’y retrouve tout ce que j’aime ! Du punch, de la douceur, aussi, un tout petit peu, une très bonne musique accrocheuse et une technique vocale impressionnante !

Sinon, peux-tu nous raconter ton parcours dans la musique ? Qu’est-ce qui t’a amenée au chant ?

Je baigne dans la musique depuis que je suis toute petite. Mon papa était guitariste et chanteur.
Je me suis renseignée sur internet, ai appris des techniques toute seule et ai pris quelques cours, deux ans en tout. C’est à Strasbourg que tout a réellement commencé pour moi. J’ai pris des cours avec Floor Jansen, une semaine de stage intensif et dernièrement, j’ai participé à deux Masterclass qu’elle donnait.  J’ai eu mon premier  « vrai » groupe, ce que j’entends par là, c’est que c’est un projet dans lequel il y avait des notions d’avenir, de réussite… J’ai fait partie des chœurs de l’orchestre philharmonique de Strasbourg. J’ai participé à de nombreux projets, comme l’opera metal Unia de Nicolas Jeudy , un très bon compositeur de musique de films, un très grand compositeur tout court, la bande originale d’un film australien, chœurs et doubles voix sur le nouveau Timmo Tolkki, « Avalon », projet solidaire Alsacien « Rock Hell’s Ace », collaborations en live avec Evolvent ou Haeredium. Et enfin, le plus important dans la musique : Pyrah est entré dans ma vie il y a un peu plus de deux ans. D’autres choses à venir par la suite, mais pour le moment, ça reste un secret !

Si tu devais faire un duo avec un chanteur ou une chanteuse, qui choisirais-tu ?

Je pense que vous l’aurez deviné, même si j’ai eu l’honneur de faire des backings pour elle sur  « Avalon », la musique « You’ll Bleed Forever », il s’agit de Floor Jansen. Si on pouvait ressusciter quelqu’un, je dirais bien  Freddie Mercury.

Tu utilises deux voix dans Pyrah, comment les travailles-tu en général ? N’est-ce pas trop difficile en concert de passer de l’une à l’autre ?

Si je dis que je ne travaille pas, je vais me faire gronder par mon amie Maureen. Donc, quand je travaille, je fais déjà les exercices habituels d’échauffement, il n’y a pas de techniques différentes pour les échauffements, que ce soit pour du chant clair ou du growl, ce sera pareil ! Cependant, ce sera la technique de placement de la voix et d’utilisation des muscles qui va différer. Généralement, je commence par le chant clair, pour terminer sur le growl, comme ça la voix a le temps de se chauffer pour l’utilisation de la technique growl qui est un peu plus « agressive » pour le corps. Ce n’est pas difficile de passer de l’un à l’autre, du moment qu’on utilise les techniques adéquates, c’est juste fatiguant ! Je vous laisserais juger de ça samedi !

Sinon, quelle serait pour toi la tenue idéale sur scène ?

Je dirais : cuir, chaussures montantes, métal et chaînes ! Heavy/Rock, quoi ! Sexy, mais tout en étant à l’aise, sans aller dans la provocation.

As-tu un meilleur souvenir en live ?

Tous les lives sont super, il y a toujours les mêmes frissons ! Mais je dirais le jour de notre dernier concert à Paris, la foule a mis une de ces ambiances ! On se sentait vraiment soutenus, ils criaient, hurlaient, bougeaient partout, c’était magique !

Sinon, pour être honnête, je n’avais jusqu’à présent jamais entendu parler de Pyrah, comment vous êtes-vous retrouvés en contact avec Bart et vous retrouver sur l’affiche des « Filles à l’Honneur » ?

C’est grâce à nos amis de Midnight Sorrow pour tout vous avouer, ne pouvant plus assurer la date, Maureen nous a recommandé ! (J’adore cette fille, au fait !)

Apparemment, ce sera votre première date en Belgique, qu’attendez-vous de ce premier concert chez nous ?

Que vous mettiez le feu !!!  Donnez-nous un accueil chaleureux, comme on a l’habitude de l’entendre ! Non, réellement, on attend d’exporter notre musique, de la faire passer au-delà des frontières, on a la chance et le privilège de le faire pour vous en Belgique !

Et que dirais-tu aux Belges qui ne connaissent pas encore Pyrah pour les rendre curieux et les inciter à venir vous découvrir ?

Que nous allons tout donner ! Notre style est particulier, à découvrir. Et ce qu’il ressort toujours dans les reports : super en live ! Quoi de mieux qu’un concert pour découvrir un groupe ?

Que penses-tu du concept d’une soirée comme celle du 28 février, où les filles sont mises à l’honneur ?

C’est une super opportunité pour les groupes de notre niveau de se produire, de se montrer. Maintenant, quand on regarde on a beaucoup de grands fests, et on voit toujours les mêmes groupes. Ici, il y a du choix et surtout des découvertes à faire ! Je trouve ça super !

Sinon, as-tu d’autres passions en dehors de la musique ?

Le sport, depuis peu  et les tatouages !

Pour terminer, quels sont les projets du groupe pour 2015 ?

Nous aimerions enregistrer un clip promotionnel de l’album qui devrait sortir en fin d’année.
Nous avons également quelques concerts de prévus, et espérons booker une tournée européenne.

Cependant, si tu veux ajouter quelque chose pour vraiment terminer cette petite interview, n’hésite pas !

Merci beaucoup pour cette interview, c’était un plaisir de répondre à ces questions !
Et venez nombreux samedi !!! On vous attend !

*

Pour toutes informations concernant l’événement “Les Filles à l’Honneur”, c’est par ici !

Fillesalhonneur

Publicités

3 réflexions sur “Pyrah : Le portrait de Stephany

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s