Interview de Khaleesy

Lors de son passage à l’édition « Before Summer » du Metal Corporation, Khaleesy semble avoir conquis le public présent ce soir-là avec son Metal Symphonique aux accents progressifs. Soit un style encore peu représenté en Belgique. Car oui, Khaleesy est un tout jeune groupe belge dont le potentiel certain a quelque peu piqué ma curiosité. Je vous laisse donc en compagnie de ces six musiciens durant ces quelques lignes pour découvrir leur univers particulier, celui d’un Metal original et éclairé.

9827832_orig

Pour commencer, pouvez-vous simplement vous présenter : qui sont les membres du groupe ainsi que leurs rôles ?

Caro : Alors, du plus au moins chevelu, nous avons : Alex, notre guitariste flamenco et artiste invétéré, fondateur de ce groupe, et qui se charge de la composition générale des morceaux ; moi-même qui, en tant que chanteuse, essaye d’adapter les paroles et de leur donner corps ; Hugo, qui s’attache à nous trouver des arrangements symphoniques au clavier ; Arthur, notre jeune prodige de 17 ans bientôt en possession de sa basse fretless ; Sam, le roi du shreding avec ses deux guitares électriques au look atypique ; et enfin Morgan, à la batterie, toujours prêt à casser de la baguette !

Khaleesy semble être né entre Barcelone et Bruxelles, comment cela se fait ? Comment vous êtes-vous rencontrés ?

Alex : Quatre chansons du futur album ont été composées en 2011 à Barcelone. Le groupe s’appelait alors « Requiem Romance ». Pour des raisons diverses, le projet fut laissé en stand-by jusqu’en 2015, où il fut reformé en Belgique. Nous nous sommes tous rencontrés grâce à une annonce que j’avais postée sur internet.

Sinon, lorsque l’on évoque « Khaleesy », je ne peux m’empêcher de penser à la série Game Of Thrones et je n’imagine pas spécialement un groupe de Metal Symphonique, comment avez-vous choisi ce nom et choisi d’évoluer dans ce style ?

Alex : En effet, je suis fan de Game Of Thrones ! Mais les textes des chansons ne parlent pas de Fantasy. C’est une analogie, on évoque un personnage qui œuvre pour changer le monde tout en faisant parfois de mauvais choix. Le côté humain de Daenerys Targaryen (« Khaleesi ») est fascinant et nous inspire beaucoup dans l’écriture de nos textes. Le fait aussi de choisir une femme comme image pour notre groupe n’est pas anodin et marque notre position par rapport à l’égalité des sexes !

khaleesy_cover

Et d’où vient cette idée d’intégrer une guitare flamenco dans vos compositions ?

Alex : Très peu de groupes de Rock ou de Metal utilisent principalement cet instrument. C’est ce qui apporte de l’originalité à notre groupe ainsi qu’un son différent de ce qu’on entend généralement.

Caro : En gros, on cherchait un truc pour ne pas faire comme tout le monde et la guitare classique traînait là, à côté… Par hasard, on l’a vue avant l’accordéon ! Non, sérieusement, c’est l’instrument fétiche d’Alex depuis toujours, c’était obligé de l’intégrer dans les compositions !

Aussi, vous annoncez explorer des thèmes relatifs aux questions de philosophie, pouvez-vous en dire plus à ce sujet en donnant quelques exemples ?

Alex : Un peu de philosophie est essentiel pour avancer dans la vie ! Certains de nos morceaux évoquent la pensée zen (« Serenity In The Storm »), la vision nihiliste de Nietzsche (« Dying Embers ») ou encore la réalité selon Aldous Huxley (« Dystopia »). Bien sûr, la musique est un plaisir et un divertissement, mais si ça amène le public à s’intéresser au message et à se poser des questions, c’est encore mieux !

Et qu’est-ce qui vous a amenés à ce choix ?

Caro : Je pense que de nos jours et dans notre société en particulier, trop peu de gens prennent la peine de chercher à comprendre et à ressentir la musique. Nous voulions proposer quelque chose qui rassemble les gens, qui soit à la fois mélodique, technique, entraînant, et qui ouvre à la réflexion.

Morgan : Dans un monde secoué par les tragédies à répétition, où la pauvreté et l’insécurité touchent des milliards d’êtres humains, chanter des histoires d’amour mielleuses nous aurait paru terriblement futile. La musique est un moyen de véhiculer nos idéaux de tolérance, de compréhension et peut-être amener les gens à remettre en question leurs certitudes.

Par ailleurs, dans vos influences musicales vous citez beaucoup de références en matière de Prog et de Symphonique, mais la musique classique revient régulièrement, quels rapports entretenez-vous particulièrement avec cette musique ?

Alex : La musique classique est simplement le top de la musique !

Arthur : Moi, j’adore aussi !

Sam : Comme pour tous les styles de musique, il y a du très bon et du très mauvais… Mais pour moi, ça reste un incontournable quand on se lance dans le Metal !

Caro : Selon certaines sources, la musique classique serait l’ancêtre de la musique Metal !

Vous n’avez pas encore sorti d’album, mais plusieurs compos sont déjà en écoute et votre site dévoile déjà ce qui ressemble à un artwork complet. Pouvez-vous nous éclairer sur la date de sortie et s’il est déjà enregistré, nous parler un peu de comment et avec qui vous avez travaillé à sa réalisation ?

Caro : Enregistrer un album studio de qualité professionnelle est un gros investissement. Nous mettons progressivement de côté les fonds qui serviront au financement de notre album et nous comptons sur la vente de produits dérivés (T-shirts, badges, autocollants…) pour nous donner un coup de pouce ! La date de sortie n’est pas encore connue, mais nous espérons réserver le studio fin 2016. Nous vous tiendrons au courant !

Pouvez-vous aussi parler de cet artwork ? Les illustrations sont vraiment magnifiques !

Alex : Grand merci ! L’artwork explique l’histoire conceptuelle de l’album. J’ai peint une aquarelle pour chaque chanson, ainsi qu’un dessin à l’encre pour expliquer le lien entre les différents morceaux. Ce n’est pas encore fini !

khaleesy_illu

Par ailleurs, vous avez participé récemment au concours Emergenza. Comment cela s’est passé pour vous ?

Caro : Eh bien, nous avons été sélectionnés pour la grande finale nationale qui se tiendra à l’Orangerie du Botanique le 26 juin… On vous y attend nombreux pour nous soutenir, d’ailleurs !

Morgan : On s’est inscrit alors que le groupe avec son dernier line-up en était à ses débuts. L’objectif était surtout de se faire connaître, de toucher un public – y compris ceux qui ne venaient pas forcément pour nous écouter. On peut dire que le pari est gagné – nous avons passé les éliminatoires, puis les demi-finales, dans une ambiance souvent explosive ! Quel que soit le résultat de cette finale, ce concours restera une très belle expérience pour Khaleesy et l’on n’aura pas à rougir de notre parcours !

Aussi, que pensez-vous de ce genre de concours en général ?

Caro : Ce sont de super tremplins pour les groupes émergents. Cela nous permet de rencontrer plein de monde, de recevoir des avis de professionnels sur notre musique, de toucher un public plus large aussi, car les groupes sélectionnés sont parfois issus de milieux musicaux très différents… Bien sûr, certaines règles à suivre sont parfois contraignantes, mais on ne va pas cracher dans la soupe !

Hugo : Il y a beaucoup de critiques qui circulent sur Emergenza et c’est vrai que d’un point de vue business, c’est très loin des nouveaux modèles qui m’intéressent et qui se développent dans les milieux artistiques (crowdfunding, pay what you want, etc.). Il faut néanmoins reconnaître que l’organisation nous a poussé, étape par étape à nous améliorer tant du point de vue musical que d’un point de vue scénique. En nous prodiguant de précieux conseils lors de débriefing éclairés et en nous faisant jouer sur des scènes toujours plus grandes et avec toujours plus de public. La participation au festival donne un avant-goût très concret du show-business et des efforts à fournir pour percer dans le métier.

Enfin, quels sont vos projets pour cette fin d’année, voire plus ? Y aura-t-il des dates à ne pas manquer si l’on veut découvrir votre musique ?

Arthur : Le 26 juin au Botanique, évidemment !

Caro : Pour les Parisiens qui pourraient nous lire, nous serons également en concert le 8 juillet au « Gibus Café », rue Saint Maur dans le 11ème arrondissement. Après ça, nous avons encore une date le 15 octobre au café « Rock Classic » à Bruxelles, puis nous viserons la grande aventure de l’enregistrement pour notre album !

Pour suivre Khaleesy : Website / Facebook / Youtube

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s