Impressions sur la troisième édition du Mid-Summer Fest par Hell&M Prod

Il y a un peu moins d’un an, quelques semaines après la création de l’asbl Hell&M Prod, les discussions se sont portées sur la question de faire grossir le Mid-Summer Fest pour sa troisième édition. Et très vite, le nom d’Aborted est apparu, un enfant du plat pays qui a bien grandi et que l’on n’avait plus vu en terres louvièroises depuis pile dix années. Qui plus est, le groupe sortirait un album en 2016 et le side project tout neuf de Sven, Oracles, proposerait son premier opus. La décision n’a pas été si difficile à prendre : il fallait qu’on le fasse. Nous avions également un concours national en projet et le Mid-Summer semblait le spot le plus approprié pour clôturer cette aventure et élire le grand gagnant parmi les trois régions de Belgique. Pour le reste, nous voulions mettre en avant quelques éléments brillants de la scène locale actuelle. Cependant, ne sachant pas comment la première année de l’asbl allait se dérouler et le projet demeurant tout de même conséquent ne fut-ce que d’un point de vue logistique, nous avons entrepris une collaboration, entre autres, avec CenteRock.

13876275_499550780239474_8707893243776981739_n

L’année s’est écoulée rapidement, pleine de rebondissements… Et pas que dans le sens positif du terme, loin de là. Malgré tout, nous avons travaillé chaque jour pour nos événements divers et variés, pour notre magazine, pour nos clients,… Il y a eu des réussites, il y a eu des échecs. Le tout, en assurant le suivi du Mid-Summer Fest.

Et tout à coup, nous voilà déjà au matin du 6 août 2016 à régler les derniers détails avant le lancement de l’événement tant attendu. Vers onze heures, les trois lauréats de notre concours national sont réunis dans la salle et leur ordre de passage est tiré au sort. Quelques instants plus tard, les premiers visiteurs arrivent…

Et c’est donc avec Signs Of Algorithm que le festival ouvre. D’entrée de jeu, c’est la claque. Si tu as encore la tête dans le c*l, nos amis brugeois te règlent le problème en dix secondes avec leur Metalcore brutal, tirant tantôt vers le Deathcore, revenant tantôt vers les racines plus traditionnelles du Hardcore. Le set, parsemé de samples atmosphériques est tellement énergique ! La voix est puissante, elle prend aux tripes et le chanteur n’hésite pas à occuper l’espace scénique. Idem pour les deux autres musiciens qui ne tiennent pas en place. S’ils ne sautent pas en cadence, ils échangent leurs places et n’hésitent pas non plus à inviter le public à participer. Et, malgré qu’il soit encore tôt, la réponse est plutôt positive et cela fait plaisir à voir. C’est donc très acclamé que Signs Of Algorithm aura présenté en majorité son nouvel album, « Harbinger », sorti en mars de cette année. Soulignons au passage la volonté du groupe d’être présent aujourd’hui et son professionnalisme, en dépit de l’absence de leur second guitariste pour de tristes raisons familiales.

Après ce démarrage au quart de tour, l’après-midi se poursuit dans l’énergie, mais dans un tout autre style avec Stand For et leur Heavy moderne et ultra punchy. Aucun problème non plus ici en ce qui concerne l’occupation de l’espace, les riffs sont acérés, les refrains sont accrocheurs et le chanteur est monté sur ressorts. Sa voix est loin d’être monocorde, car il place quelques growls sur son chant clair et propose également des aigus impressionnants. À nouveau, le public est réceptif au son original des jeunes montois. Par ailleurs, Stand For n’existe que depuis 2014 et propose déjà un set bien en place, des compositions abouties et montre une belle cohésion entre les musiciens en live. Bon, il y aura tout de même eu un petit accident de sangle pour l’un des guitaristes et un bobo pour le chanteur, mais cela n’a en rien altéré la prestation. Et ça, c’est Rock’n’Roll !

Et place à nos troisièmes lauréats avec Road To Holyblood et leur Metalcore. On repart dans l’agressivité et ça commence à se bousculer dans le public. Je ne sais pas si c’est l’effet « concours » ou le fait que la scène du Stock soit plus vaste qu’à l’habituelle, mais les musiciens sont à nouveau très actifs et communicatifs. Les morceaux sont rythmés, les riffs incisifs et précis, la voix typée et très puissante. On apprécie aussi  les quelques solos plus aériens entre deux breakdowns. Pour info,  Road To Holyblood a sorti récemment un EP, « Face The Fear », qui a été largement présenté durant leur set – pour ceux qui veulent, on peut l’écouter ICI.

Après cette prestation, on devine que le jury n’aura pas une tâche facile à départager ces trois groupes, car chacun d’entre eux avec son propre univers a donné le meilleur de lui-même. Mais l’heure des délibérations n’a pas encore sonné et l’on retrouve, pour poursuivre, un autre jeune groupe de Metalcore qui cette année brille, non seulement par sa présence sur la majorité des scènes wallonnes, mais aussi par son évolution remarquable au fil des shows et sa détermination à sortir du lot. Il s’agit bien de Forsaken Crown qui entame son set par une toute nouvelle intro, un morceau hypnotique où une voix féminine nous plonge dans une sombre ambiance. Pendant ce temps-là, l’on peut noter les nouveaux ornements scéniques du groupe et notamment deux side drops blancs sur lesquels on peut lire en lettres de sang : « Mass murdering has no colour » et « God was just a lie ». Des mots durs, des mots qui marquent et qui pourtant crient de vérité. C’est dans ce monde-là qu’on vit… Enfin, l’on verra rapidement une baguette voler en éclats et il ne faudra pas plus de quelques rugissements pour que le public se remette en action et cela ne se calmera pas. Forsaken Crown va droit au but, balance ses morceaux sans concession et donne un show d’une puissance phénoménale. Allez les p’tits gars, vivement un album !

Malheureusement, je raterai le show d’Age Of Torment, malgré qu’il s’agisse d’un de mes groupes belges préférés avec leurs morceaux plein de sens et particulièrement ceux de leur album « I, Against » débordant d’émotions fortes. Il en va de même pour la prestation de Resistance… Mais je suis certaine qu’avec l’ardeur déployée sur scène jusqu’à présent, ces deux concerts n’ont pu être qu’excellents. Je reviendrai m’aventurer aux devants de la scène pour apprécier la seconde partie du set d’Innerfire avec un Thomas au chant toujours plus magistral, porté par la liesse du public ; un Flo aux claviers toujours très imaginatif en terme de gestuelle et un Yannick à la guitare qui prend ses marques avec aisance et prestance. Quant à Lindir et Pat, ils semblent s’amuser avec leur fanclub massé à leurs pieds. On n’oublie pas François non plus qui, malgré sa discrétion, n’est pas le dernier quand il s’agit de défoncer ses fûts. Plus le temps passe, plus j’aime Innerfire et ses mélodies atmosphériques contrastées par l’agressivité du Death Metal.

Avant de poursuivre, c’est l’heure d’annoncer le gagnant de notre concours et c’est donc Signs Of Algorithm qui remporte cette première édition, grand bravo à eux !  Néanmoins, il est important de préciser que le résultat s’est joué à très peu de points d’écart et que les candidats étaient tous méritants. Et soit dit en passant, c’était le cas pour chaque groupe qu’il m’a été donné de voir durant les trois étapes sélectives… Il semblerait que certains n’aient pas encore avalé la pilule et c’est fort dommage.

Et il est déjà temps d’attaquer la sous tête d’affiche avec le melting pot de nationalités que constitue Oracles et son Death Metal à l’aura ésotérique. Enfin, est-ce du Death Metal ? C’est difficile à dire, on y trouve beaucoup d’influences différentes et, d’un point de vue tout à fait personnel, le résultat de ce mélange donne lieu à un son assez inédit et des plus agréables à écouter. La brutalité de la batterie, des guitares et surtout de l’impressionnante voix de Sven,  sont contrebalancées, d’une part par des solos mélodiques, mais aussi par la douce voix de Sanna qui fait écho au chanteur. D’ailleurs, l’on remarquera que la répartition de ces voix est bien équilibrée et quand l’un chante, bien souvent l’autre se charge de maintenir le public en alerte, même si ce n’est pas bien difficile. En effet, bien qu’Oracles ait été fondé en 2014, son premier album vient de sortir et le groupe commence à peine à se produire sur scène, des fans de la première heure sont présents et communient avec les musiciens, reprenant chaque titre en chœur. Personnellement, je découvrais réellement Oracles ce soir et leur passage sur scène m’a octroyé un excellent moment d’évasion, j’ai tout simplement adoré et j’aurais volontiers écouté un ou deux morceaux en plus. Qu’à cela ne tienne, je n’ai pas hésité une seconde à me procurer leur CD, « Miserycorde », et je ne me lasse pas de l’écouter. Gros coup de cœur, donc.

Oracles01

Mais où est passée cette journée du 6 août 2016 ? J’ai à peine le temps d’aller papoter un peu dehors avec mon amie que les premiers accords d’Aborted résonnent. La salle fait à présent office d’étuve, le public est chauffé à blanc. Les pogos, moshpits, slams, tout ce que vous voulez s’enchaînent tout le concert durant… Et quel show ! Les musiciens sont survoltés, la puissance vocale me laisse à nouveau coite. Et le décor ! Oui, la scène était ornée de part et d’autres de squelettes dans leurs cercueils de verres clignotants. Je ne suis pas fan d’Aborted au prime abord, mais voir tous ces gens s’amuser, mes chers (et courageux) collègues en premier, me fait un bien fou, je suis heureuse pour eux et reste admirative devant cette machine de guerre qu’est Aborted.

Oralces02

Et voilà, elle est faite ! Et si l’on considère les commentaires positifs reçus tout au long de la journée par les visiteurs ainsi que d’autres lus sur les réseaux sociaux, sans compter la satisfaction de l’équipe organisatrice, l’on peut sobrement conclure que l’événement est réussi.  C’est donc ainsi que s’achève mon report de la troisième édition du Mid-Summer Fest. Et comme c’est annoncé sur la page de l’asbl, vous pouvez d’ores et déjà retenir la date du 5 août 2017…

*

PS : Désolée pour ce report pauvre en photos, mais je n’ai pas encore eu réellement le temps de m’en occuper. Cela viendra. J’avais simplement envie de partager quelques mots sur cette journée que Hell&M Prod a préparée pendant des mois. Une façon de rendre hommage à mes deux collègues et amis qui, bien qu’ils se donnent corps et âmes pour leur passion, pourtant la même que la vôtre, ne cessent d’avoir à affronter les critiques, les injures et parfois les menaces. Ils gardent malgré tout la tête haute et vont au bout de leurs projets.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s