[ARCHIVES] Interview avec Powerstroke

powerstrokedonedeal

C’est Marty, guitariste de Powerstroke qui nous parle de ce groupe belge au  style indéfinissable. Cependant, même s’il semble difficile de le mettre dans une case, Powerstroke déborde d’énergie et a déjà un beau palmarès pour ses huit années d’existence. On n’a pas fini d’en entendre parler !

Pour commencer, pouvez-vous simplement présenter les membres du groupe ? Au chant, il y a Bavo « Ramon » ; à la basse, nous avons Collin et à la guitare rythmique et aux backing vocaux, nous avons Nuyt. Moi, Marty, je suis le lead guitariste et je fais aussi les backings. Pour le moment, nous avons des remplaçants à la batterie pour les concerts.

Comment décririez-vous votre musique et pourquoi avez-vous décidé d’évoluer dans ce style en particulier ? Eh bien, Powerstroke n’est pas un groupe sur lequel tu peux mettre une étiquette. Mais pour faciliter cela, on peut appeler ça du groove metal, ahah. Nous avons tous beaucoup d’influences différentes et on essaie de toutes les utiliser dans notre musique. Je suis le mec fan de hardcore et de thrash dans le groupe. Nuyt et Collin sont plutôt death metal. Bavo est aussi fan de metal extrême. hardcore, punk, rock, death metal, heavy metal… Tout est possible dans Powerstroke à partir du moment où l’on peut tout mettre dans un mixeur et que le résultat est groovy, catchy et puissant.

Quelles sont vos principales influences musicales ? Mes principales influences sont Pantera, Pro-Pain, Sick Of It All, Obituary, Volbeat d’avant, Illdisposed etc. Tout ça, par rapport aux guitares et à la batterie. Pour ce qui est de la voix, je suis un grand fan de Michael Jackson, Phil Collins, The Police, George Michael, etc. Cela ne s’entend pas dans Powerstroke, mais ils sont de grandes influences. Aussi, « No End In Sight » de Pro-Pain est une influence importante pour moi, par rapport à la voix et aux mélodies. Bavo, d’un point de vue vocal, ses influences sont Behemoth, Alice In Chains, Misfits (sans Danzing) etc. Nuyt est fan de Gojira et d’Opeth et cela s’entend dans sa manière de jouer. Collin aime le death technique comme Devin Townsend, Strapping Young Lad, Meshuggah, etc.

Pouvez-vous nous présenter votre nouvel album, « Done Deal » ? « Done Deal » est notre quatrième album en huit ans. Quand tu écoutes notre tout premier CD, « Once We Were Kings », tu peux entendre que nous avons grandi en tant que groupe et en tant que musiciens. « Done Deal » signifie que nous en avons terminé avec les choses faites dans le passé. Un nouveau chapitre nous attend et on ne veut pas regarder en arrière. Tu le sais peut-être, mais nous avons changé de line-up après notre troisième album, « In For A Penny, In For Pound ». Un nouveau chanteur, un nouveau bassiste et un nouveau batteur ont renforcé Powerstroke et lui ont donné une nouvelle dimension. Les ondes positives sont de retour ! « Done Deal » contient tout ce qui nous représente. Dix chansons catchy, groovy et puissantes. Cette fois, nous avons le mélange parfait au niveau du son. Comme toujours, nous l’avons enregistré dans les studios d’Oakwood Productions à Kaprijke-Eeklo. Et Jacob Hansen du Danemark (Volbeat) a fait le mastering, comme d’habitude. Mais cette fois, nous avons travaillé avec Joe Cincotta de New York pour le mix. Nous avons rencontré Joe en tournée avec Body Count, c’était leur ingé son. Et Joe nous a donné un son complètement nouveau. Un son oldschool des années 90’ avec une touche moderne.

Et quels thèmes abordez-vous dans vos chansons en général ? On écrit sur des choses qui nous arrivent personnellement ou des choses sur lesquelles nous avons une opinion stricte. Par exemple, la chanson « Done Deal » parle des gens (parfois des amis) qui ont profité de moi et m’ont ensuite planté un couteau dans le dos. « Walk The Talk » parle des idiots et des poseurs qui ne font pas ce qu’ils disent. Les grandes gueules… Mais quand il s’agit de passer à l’action, ils se dégonflent. Tous les jours on a à faire avec ce genre de personnes. Au travail, au bar, dans la musique… Partout. « Hold On » est une chanson pour ma fille. J’ai écrit cette chanson le jour où elle est née, il y a un an et demi. J’espère que je pourrais la protéger de tout le mal qu’il y a dans ce monde. Bien sûr, il y a aussi de belles choses dans ce monde, mais il y a toujours quelque chose ou quelqu’un qui peut ruiner la vie d’un enfant ou d’une personne innocente. Les pédophiles, la religion etc. Cela fait quinze ans que je travaille avec des gens qui ont des problèmes mentaux et psychiatriques, donc je sais de quoi je parle ! « Judge Rules No Violation » parle de la justice en Belgique. Tant que tu n’as pas beaucoup d’argent, tu es toujours baisé. Le juge fait une erreur, il admet que ce n’est pas de ta faute, mais c’est trop tard, tu ne peux rien faire si tu n’as pas assez d’argent pour te payer un excellent avocat. Je suis aussi passé par là et ça m’a dégouté ! « Call It A Dat » parle d’une personne que tu as beaucoup aimée, mais que tu as quittée et que tu n’as plus vue depuis longtemps. Tu te sens toujours coupable pour certaines raisons jusqu’à ce que tu revoies cette personne et il se trouve qu’elle s’est perdue dans sa vie et est devenue tout le contraire de ce qu’elle était. Après ça, tu te sens libéré, parce que tu te sentais coupable sans raison ! Etc… Tu vois, la vie telle qu’elle est !

Quels sont vos meilleurs souvenirs de concerts jusqu’à présent ? On a beaucoup joué ces dernières années, plus de 200 concerts… Pas mauvais. Mais le tour avec Pro-Pain et celui avec Body Count seront toujours dans nos mémoires. On en a tellement appris sur les différents aspects du rock’n’roll. Gary Meskil est sur la route depuis plus de trente ans ! Il sait comment ça marche et nous a donné beaucoup de conseils. Et Ice-T a vraiment les pieds sur terre et est vraiment cool dans les backstages, mais une fois sur scène, c’est le meilleur des artistes. C’est tout ce dont il est question : divertir les fans. Et quand le show est terminé, il redevient calme, cool et mange une pizza avec le groupe support.

Avec quels autres artistes aimeriez-vous partager la scène dans le futur ? Bien sûr, on peut dire qu’on aimerait ouvrir pour Metallica, Iron Maiden, les Guns etc. Mais on sait tous que c’est impossible. Donc, soyons réalistes ! Pour moi, quand j’étais ado, j’adorais Pantera, Pro-Pain, Ice-T, White Zombie et Sick Of It All. On a tourné avec Ice-T et Pro-Pain. Pantera ce n’est plus possible. Donc, pour moi ce serait un honneur de tourner avec White Zombie ou Rob Zombie ou Sick Of It All. Quand je pense à mes collègues, je sais que Nuyt aimerait tourner avec Obituary, Opeth ou Gojira ; Bavo aimerait tourner avec Behemoth et Collin avec Strapping Young Lad ou Meshuggah. Il y a juste une chose, c’est que comme c’est difficile de nous qualifier et beaucoup de promoteurs nous disent qu’on n’est pas assez hardcore pour les concerts hardcore, pas assez thrash pour les concerts de thrash, idem pour le death metal… C’est comme ça !

Finalement, quels sont vos projets pour les prochains mois ? Nous avons déjà commencé à écrire de nouveaux morceaux pour le prochain album. Dans quelques mois, nous rassemblerons nos idées et normalement, on entrera à nouveau en studio à la fin de 2017. Ma femme est enceinte et notre bébé naitra dans quelques semaines, ce qui veut dire que je serai parti pour quelques nuits sans sommeil. En dehors de ça, on va jouer le plus de shows possible et notre recherche d’un nouveau batteur se poursuit.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s