[ARCHIVES] Interview avec Misery

misery

Ça balance pas mal chez nos voisins avec les Lillois de Misery que nous vous proposons de découvrir un peu plus amplement à travers ces quelques lignes !

Pour commencer, pouvez-vous résumer l’histoire du groupe et présenter les différents membres ? Pour revenir un peu en arrière, Misery c’est la réunion d’une bande de potes venant d’horizons musicaux divers avec l’envie de mettre en commun les expériences acquises de nos anciennes formations pour créer une musique où nous nous y retrouvons tous. Nous avons commencé à travailler sur des productions qui avaient déjà été composées afin de s’apprivoiser musicalement et leur apporter l’identité de Misery… Après plusieurs « réglages » et un line-up fixe, nous avons commencé à travailler sur la composition de notre premier EP et la préparation du live… Misery a été formé en 2012 sous l’impulsion de Greg Lorenc (Ex-Guts Syndicate), compositeur et guitariste. C’est un quintet de modern metal également composé de Smus (Ex-Purify) au chant, Romain « MachineGun » (Ex-Our Last Murder) à la batterie, Thibault (Ex-Médius) à la basse et Yohan (Ex-Ephedryne) sur la deuxième guitare.

Quelles sont vos influences musicales respectives, celles-ci ont-elles une incidence sur le style de Misery ? Nous avons tous des influences différentes allant du black metal en passant par le deathcore, le neo metal, le metalcore et le djent avec des groupes de référence et tout ceci dépend de nos âges respectifs et de nos goûts. Par contre, Misery a du mal à se donner un genre, une étiquette ou à se comparer à un autre groupe, mais il est vrai que nos expériences personnelles ont donné une identité au projet.

Et justement, comment décririez-vous ce style ? Nous allons vous avouer en toute humilité que nous-même ne savons pas décrire notre style et nous vous laissons le loisir de vous-même en discuter. Les compositions créées sont surtout le travail de notre « pilier», Greg Lorenc, qui écrit ses morceaux et nous laisse ensuite le loisir de les modifier, les travailler et les valider. Une chose est sûre, c’est que nous prenons tous un réel plaisir à jouer  ces titres et nous essayons de le faire ressentir au maximum.

Comment avez-vous choisi le nom du groupe et que signifie-t-il pour vous ? Tout d’abord, ce nom a été choisi sur une longue discussion et une référence aussi au film de Stephen King qui porte le même nom. Nous avons vraiment aimé le côté malsain et intrigant de cette œuvre. Mais finalement, nous portons bien notre nom car ce projet connait beaucoup de « misères » depuis ses débuts mais il reste debout. Il est difficile de nos jours de réaliser un certain nombre de choses sans qu’on te mette des bâtons dans les roues, mais ce groupe veut vivre ses ambitions et continuer à satisfaire son public.

Pouvez-vous nous présenter votre EP et nous en résumer la création ? « We Will Be Brave »  est un EP qui montre donc nos envies, nos directions… C’est une autoproduction mixée par nos soins et masterisée chez R2MY Boy, connu pour son travail avec Gojira. Nous avons voulu diffuser un modern metal avec des riffs pêchus à tendance djent et des envolées mélodiques, le tout soutenu par une basse écrasante, une batterie percussive et un chant torturé… Nous avons aussi décidé de prendre une direction sombre, mélancolique et lourde à travers ces cinq titres en évoquant la tristesse et la noirceur que peut subir l’humain. Nous avons voulu frapper fort avec l’introduction, teaser de l’EP pour ensuite montrer notre « patte » avec les titres « 6 Feet Under » et « Take ». La partie mélancolique « Pale And Cold » a été amenée pour imposer une pause avant la déferlante « Answer », l’aboutissement de cet opus. Il a d’ailleurs reçu un très bon accueil de la part des médias et a été considéré comme « La bonne surprise du moment ». Nous avons été encouragés par de nombreux webzines et fanzines et  avons aussi eu des passages en radios régionales et nationales sur des émissions consacrées au metal, avec un passage très remarqué sur Classic 21. Misery est aussi diffusé à travers le monde via plusieurs web radios et disponible sur toutes les plateformes de téléchargements. Le public est assez réceptif et nous donnons tout pour réussir à le satisfaire.

Avec quels groupes rêveriez-vous de tourner ? Pour être honnête, nous n’avons pas de préférence et nous prenons chaque date avec motivation et surtout avec un réel plaisir. C’est une joie pour nous de traverser notre pays, de partir à l’étranger afin de vivre à fond cette expérience. Ce groupe a la chance de pouvoir se retrouver avec des références telles que Dagoba, Debauchery, AqMe, Tess ou The Arrs. D’autres dates et tournées sont en prévision et nous ne savons pas ce que nous réserve l’avenir.

Quels sont vos projets pour l’année à venir ? Nous sommes en ce moment sur la réalisation d’un clip sur un  morceau inconnu du public qui verra le jour très bientôt afin de faire patienter nos fans. L’album est en cours de réalisation et c’est un travail énorme. Nous ne voulons pas en dire plus pour l’instant… Surprise !

Avez-vous des dates de concerts prévues en Belgique prochainement ? Bien sûr et nous aimons beaucoup venir chez vous ! Depuis le début de l’aventure Misery, nous sommes venus pas mal de fois en 2015 et cette année vous pouvez venir nous voir le 10 Septembre à Silly au « Salon » et le 28 Octobre à Roulers au « Verlichte Geest » avec Dagoba. D’autres programmations sont en cours et nous ne manquerons pas de vous les communiquer sur notre page Facebook !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s