[ARCHIVES] Interview avec No Return

noreturnfearless

Un peu plus d’un an après leur passage à la Taverne du Théâtre de La Louvière, les Français de No Return sont de retour parmi nous pour une soirée. Nous les retrouvons avec plaisir et nous faisons le point avec Mick (vocaux) depuis son arrivée dans le groupe en 2013, accompagné par Al, fondateur et guitariste du groupe, ainsi que de David (basse), pour quelques commentaires sur l’évolution de No Return après 25 années de carrière.

Pour commencer, comment ça va depuis la dernière fois et quoi de neuf ? Mick : Eh bien, ça va plutôt bien et il s’est passé pas mal de choses depuis la dernière fois. Notre dernier album « Fearless Walk To Rise » est sorti il y a quelques mois et on est vraiment contents des retombées assez positives dans l’ensemble, on est satisfaits du travail de promotion effectué par notre label, Mighty Music. Sinon, on a pas mal tourné depuis, on a fait quelques dates avec nos potes de Mercyless et ici on termine notre petite tournée avec Aphyxion et Pandemia. On aura encore une date en décembre, mais après ce soir, on rembarque tout et on redescend sur Paris.

Au fait, ça s’active pas mal en bas avec les instruments, mais où sont vos roadies ? Mick : Eh bien, au risque de te décevoir, nous sommes nos propres roadies ! Ce n’est pas le genre de la maison et même si on est distribués internationalement, ça ne risque pas d’arriver, on aime bien s’occuper nous-mêmes et de nos affaires.

D’une manière générale, qu’est-ce qui a changé pour No Return depuis que tu as intégré le groupe, Mick ? Et est-ce que cela t’a changé personnellement ? Mick : Je ne pense pas que mon intégration ait changé quelque chose à No Return. On reste un groupe typé thrash mélodique, notre son évolue au fur et à mesure du temps et des changements de line-up, forcément, parce qu’à chaque fois chacun apporte un peu sa propre touche à l’ensemble. C’est aussi valable scéniquement parlant, d’ailleurs. Et non, cela ne m’a pas changé personnellement du tout !

Mick, qu’est-ce qui t’a amené à être chanteur ? Et quelles sont tes principales influences ? Mick : Au départ, on avait formé un groupe pour déconner avec mon frère où je faisais de la batterie, mais ça ne fonctionnait pas très bien, alors j’ai commencé à faire des reprises, aussi pour délirer et au fur et à mesure du temps, j’ai commencé à prendre mes marques et voilà. Sinon, au niveau de mes influences, il y a énormément de choses, mais je pourrais citer principalement tout ce qui est death metal suédois et pas mal d’autres groupes qui viennent des pays nordiques.

Aussi, au sein de Destinity, on t’a souvent comparé à Peter Tägtgren (Hypocrisy/Pain), c’était plaisant ou plutôt lourd ? Mick : Oui, c’est vrai, c’est quelque chose qui revenait beaucoup, encore maintenant, sans pour autant que ce soit volontaire de ma part. Mais je prends toujours ça comme un compliment, parce que c’est quelqu’un que j’admire beaucoup.

D’ailleurs, puisqu’on en parle, tu lis les critiques ? Mick : Honnêtement, je n’en ai rien à foutre ! Après oui, s’il y a des retours positifs, évidemment, ça me fait plaisir, mais commencer à me préoccuper qu’untel ou untel a écrit ceci ou cela en me critiquant ou en critiquant le groupe, ça, je n’en ai strictement rien à cirer ! Je ne m’arrête vraiment pas à ce genre de choses !

Ici, je m’adresse à vous trois : jusqu’à présent, quel est votre meilleur souvenir, sur scène ou de manière plus générale, depuis que vous avez intégré No Return ? David : C’est difficile à dire, on a vécu énormément de choses, tant en live que lors des enregistrements, je ne peux pas donner un exemple en particulier tellement il y en a ! Al : C’est pareil pour moi, en 25 ans, j’ai accumulé énormément de super souvenirs, donc c’est très difficile à dire. Mais pour citer un exemple, je dirais que c’est d’être allé enregistrer aux Etats-Unis, en Floride, qui est le temple du death metal, c’était une super expérience. Mick : Pour moi aussi, c’est difficile de ne citer qu’un souvenir, tellement on passe de bons moments que ce soit sur scène, en studio, en tournée… Mais si je devais dire un truc, je citerais le Hellfest. Ce n’est pas pour me vanter ou autre, mais ces dix secondes avant de monter sur scène où tu entends des milliers de personnes hurler, tu te dis « Putain, ça y est, on l’a fait, on y est arrivé », c’est tellement intense comme expérience !

Sinon, dans dix ans, vous… ? Al : J’espère qu’on sera toujours là à tourner avec No Return, qu’on continuera à faire ce qu’on aime, tout simplement !

Au fait, que pensez-vous de la scène metal française actuellement ? Mick : On a pas mal de bons groupes en France. Et il y a aussi beaucoup plus de possibilités qu’avant pour développer l’autoproduction, grâce aux technologies actuelles les groupes peuvent plus facilement faire du home studio etc. Après, ça peut créer une surcharge au niveau de l’offre… Al : Oui, surtout qu’en France, même si c’est peut-être un peu partout pareil, on n’en sait rien, on manque d’infrastructures pour le metal. On peut se promouvoir plus facilement, grâce au net, par exemple, on peut s’autoproduire, mais pour avancer et se faire connaître, ça peut être plus compliqué.

Quelle est votre bière belge préférée ? Mick : J’aime bien les bières blondes en général, comme la Duvel ou la Leffe, mais ça, on la trouve chez nous aussi. David : Moi, j’aime bien un peu de tout, je ne suis pas très difficile. Si vous avez quelque chose de local, un peu plus fort que la Jupiler, ça me tenterait bien de l’essayer.

Et pour finir, est-ce que vous savez parler belge ? Mick : Ah les Belges ! C’est vrai que vous parlez bizarrement ! Il y a un truc typique chez vous, c’est que vous ne faites pas la différence entre pouvoir et savoir, c’est très perturbant pour nous ! David : Puis, il y a aussi le « une fois » !

C’est donc sur cette note assez drôle que nous avons terminé cette interview, le concert du groupe se profilant à l’horizon. Et au même titre que leurs collègues d’Aphyxion et de Pandemia, les Français de No Return se sont appliqués pour que nous passions une excellente soirée !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s