[ARCHIVES] Interview avec Spoil Engine

Iris Goessens, la chanteuse néerlandaise, nous parle de « Stormsleeper », le premier album auquel elle a participé et qui marque officiellement le début d’une toute nouvelle ère pour le groupe de metalcore belge Spoil Engine.

Tu es dans le groupe depuis un petit moment maintenant, quelles sont tes impressions générales depuis ton arrivée dans Spoil Engine ou tes premiers temps forts ? J’ai passé les auditions en sortant de l’école, donc j’avais vraiment beaucoup de temps libre pour le groupe. C’était vraiment chouette, on s’est tout de suite mis à composer pour l’EP, puis on est entrés en studio. Tout est allé très vite, en fait et c’était vraiment super de pouvoir se concentrer uniquement sur la musique. Je n’avais jamais fait ça avant. Avant, j’étais simplement dans un groupe local à Maastricht, ça a été un changement radical de travailler avec de grands producteurs et des musiciens professionnels. Ensuite, on a joué au Graspop en 2016 et ça, c’est réellement un temps fort pour moi, parce que je vais au Graspop depuis que je suis ado et jamais je n’imaginais pouvoir y jouer, c’était complètement dingue ! Puis, cette année on part en tournée, ce sera la première fois pour moi, donc je suis vraiment très impatiente !

Vous jouiez en Mainstage au Graspop ? Non, on était sur la Jupiler Stage et comme on jouait le soir en même temps qu’aucun autre groupe, le public était nombreux et c’était vraiment cool ! Bon, on a eu un peu peur juste avant parce qu’il pleuvait pendant qu’on était en backstage et puis, on a eu un problème avec notre matériel, trop puissant pour les installations sur le site, donc on a dû utiliser d’autres choses et ça s’est réglé au dernier moment. Puis, juste avant de monter sur scène, la pluie s’est arrêtée et les gens sont venus nous voir. Il y avait une super ambiance.

Bon, je ne veux pas paraître sexiste ou quoique ce soit, ça semble être un sujet délicat ces temps-ci, mais selon toi, est-ce que cela a changé quelque chose pour le groupe d’avoir une chanteuse ? Dans un certain sens oui, car je vais faire du shopping avec les copines des musiciens (rires) ! Mais dans le groupe, je suis juste un membre comme un autre, on boit des bières ensemble et tout ça. Je pense que pour eux ça n’a rien changé. Bon, le son est différent maintenant, bien sûr, il a fallu changer certains morceaux pour les adapter à ma voix, ça a pris un peu de temps. Mais à part ça, je pense qu’ils se comportent avec moi comme ils se comporteraient avec n’importe quel gars (rires).

Autrement, Spoil Engine a longtemps travaillé avec Roadrunner Records et maintenant vous êtes sous Arising Empire, qui fait partie de Nuclear Blast, est-ce que tu sais comment ce deal est arrivé ? Je pense qu’un des guitaristes était en contact avec Jaap de Nuclear Blast depuis longtemps. Moi, je l’ai rencontré en 2015 au Graspop, je me suis présentée et on a commencé à discuter et c’est un peu comme ça que c’est arrivé.

Tu penses que ça aidera le groupe à se développer davantage ? Oui, sans aucun doute. Ils ont vraiment une super équipe, ils font beaucoup d’efforts pour promouvoir les groupes. Ils nous bookent aussi beaucoup d’interviews, j’en avais quatre ou cinq aujourd’hui et je pense en avoir un peu plus la semaine prochaine.

J’espère que ce sera amusant ! Sinon, « Stormsleeper » était un EP à la base, comment s’est-il transformé en full album ? Nuclear Blast et Arising Empire ont reçu notre EP et l’ont beaucoup apprécié et ont proposé de le ressortir, mais nous avions besoin d’un album, donc on a commencé à écrire de nouvelles chansons qu’on leur a ensuite envoyées. Et voilà, un album de dix titres sur le point de sortir !

Et qu’est-ce qu’un « Stormsleeper » ? « Stormsleeper » parle de ce qui se passe dans le monde ces dernières années et certaines personnes ne voient simplement pas que tout part en c***lle. On peut traduire ça par le fait que ces personnes dorment pendant la tempête. C’est l’idée générale qu’il y a derrière ce titre. Le concept de l’album parle de la quête d’identité, certaines chansons parlent de religion, d’autres des manipulations qu’on subit dans la société,… Toutes ces choses qui se passent tous les jours et que j’observe. C’est là-dedans que je puise mon inspiration.

Peux-tu parler un peu de l’artwork ? L’artiste qui l’a réalisé, c’est Heilemania, qui a déjà travaillé avec quelques grands noms du metal. Au départ, on devait travailler avec un autre artiste, mais ça n’a pas fonctionné. Ce n’est pas moi qui l’ai trouvé, mais on a ensuite discuté avec Heilemania, de nos idées, du concept etc. et aujourd’hui, on est vraiment content du résultat ! Concernant l’interprétation, on a un paysage dévasté, qui se retrouve dans tout le booklet, et c’est en rapport avec le titre « Wastelands ». C’est un peu un monde post-apocalyptique, en fait, et on a ce personnage qui se tient debout devant les ruines, après que tout ait explosé.

Autrement, vous avez sorti une vidéo pour « Doomed To Die » qui est assez originale, où des danseuses effectuent une chorégraphie sur la musique, ce qui reste assez peu commun pour du metal, d’où vous est venue cette idée ? On avait vraiment beaucoup d’idées pour cette vidéo, on a brainstormé dessus pendant deux ou trois mois, ce qui est assez long et parmi les différents concepts, il y avait celui d’engager une team de danse. On a vite trouvé une équipe qui nous correspondait et on a donc gardé cette idée. Autant que possible, on voulait faire quelque chose d’original et c’était aussi expérimental pour nous… Je veux dire, on n’y connait rien en danse (rires) ! Mais c’était très fun au final !

Sinon, vous semblez bien vous entendre avec le groupe The Charm The Fury et vous avez un peu le même genre de style, est-ce que tu penses qu’avec eux, vous pourriez incarner une sorte de nouvelle vague de metal moderne du Bénélux ? Oui, carrément. On a le même label, déjà. Puis, on a joué pour leur release party il n’y a pas très longtemps et ils joueront pour la nôtre. On s’amuse bien avec eux et on adore ce qu’ils font !

Une petite question pratique : tu as déménagé en Belgique pour répéter plus facilement avec le groupe ou vous faites autrement ? Eux répètent toutes les semaines sans moi, car je vis toujours à Maastricht, à trois heures de chez eux. Donc, je répète à la maison, on s’envoie des fichiers etc. Après, quand on a des concerts prévus, on se voit à Anvers ou à Amsterdam avant pour répéter tous ensemble. Et ça fonctionne très bien comme ça jusqu’à présent.

Comment préparez-vous votre tournée qui arrive ? Je pense qu’on devrait tous aller à la salle de sport, on en aurait vraiment besoin (rires) ! Autrement, on ne jouera que des morceaux issus de « Stormsleeper » parce que c’est le seul album que j’ai écrit. Si on a assez de temps, on le jouera entièrement chaque soir. On a déjà joué quelques nouveaux morceaux lors de nos derniers concerts, mais pour les autres je dois travailler un peu plus, mais ça va aller ! Je pense qu’on devrait se réunir un peu plus avant de partir aussi, histoire qu’on s’habitue les uns aux autres avant d’être coincés dans un bus tous ensemble pendant plusieurs semaines (rires).

Tu as quelques mots pour tes fans pour finir cette interview ? Merci à tous pour votre soutien, j’espère que vous aimerez l’album. Si oui, continuez de venir nous voir en concert !

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s