[ARCHIVES] Interview avec Lordi

lordimonstereophonic

« Monstereophonic : Theaterror vs. Demonarchy  » est le tout nouvel album des monstres, au sens propre du terme, du heavy metal finlandais, Lordi. Et c’est Mr. Lordi lui-même qu’il nous a été donné d’interviewer quelques jours avant la sortie de cet opus pour qu’il nous en parle. Néanmoins, l’interview ayant eu lieu au lendemain de la diffusion de son premier extrait, « Hug You Hardcore », par le biais d’une vidéo quelque peu déconcertante, la conversation a pris une tournure assez inattendue…

« Monstereophonic : Theaterror vs. Demonarchy  » sort en septembre, c’est un album qui comporte deux faces, comment vous est venue cette idée de finalement créer deux types de morceaux ? C’est quelque chose que j’avais envie de faire depuis assez longtemps, en fait. Sur nous deux précédents albums, « To Beast Or Not To Beast » (2013) et « Scare Force One » (2014), nous étions arrivés à une combinaison parfaite entre le son classique de Lordi et son côté plus moderne. Et pour ce nouvel album, on s’est demandé ce qu’on allait faire : du vieux Lordi ou du Lordi moderne ? Alors, j’ai pensé que ce serait bien de réunir ces deux côtés sur le nouvel album. La seule chose, c’est que les retours des fans sont divergents à ce propos : il y en a qui adorent quoiqu’il arrive et d’autres qui se demandent vraiment quoi. Finalement, on s’est dit : « Soyons schizophrènes pour une fois », ce qui est aussi une manière de contenter plus ou moins tout le monde. Aussi, je dois dire que j’ai toujours écrit ce genre de morceaux plus poussés, c’est juste qu’ils ne se trouvent sur aucun album de Lordi et je commençais à avoir vraiment besoin d’extérioriser ça. Pour l’heure, je suis impatient, j’ai hâte de savoir ce que nos fans en pensent !

La seconde partie de cet album, « Demonarchy », semble être plus conceptuelle, avec une véritable histoire en trame de fond, peux-tu donner quelques détails sur cette histoire ? Ah ! J’ai vraiment fait une erreur en préparant la promo de cet album ! Il aurait fallu donner les paroles des chansons aux journalistes pour qu’ils puissent comprendre cette histoire, parce qu’à moins d’être Américain ou Anglais, on ne peut pas tout comprendre en écoutant. Alors écoute, « Demonarchy » est une sorte de collectif de monstres : une femme loup-garou, un vampire, une sorcière et le fils de la sorcière qui, lui, est un zombie. Et ces quatre-là, sont les derniers de leurs races et ils cohabitent dans la même ville. Ils se réunissent de temps à autres pour discuter des problèmes territoriaux et c’est là que commence réellement l’histoire : ils se réunissent et s’engueulent et ne font pas attention aux villageois qui s’apprêtent à les attaquer… Parce qu’en fait, les monstres ont kidnappé un enfant du village pour leur servir de dîner. En gros, voilà l’histoire, il y a un fameux massacre durant ce dîner. Bon, il y a quelques autres détails, mais c’est ennuyeux sans les paroles. Cependant, pour notre prochaine tournée qui commence dans un mois, cette histoire sera disponible en comic book. Comme ça tu peux lire le comic en écoutant l’album.

D’ailleurs, cela fait vingt ans que tu écris des histoires de monstres, où trouves-tu et comment renouvelles-tu ton inspiration ? Je ne sais pas ! Je n’ai pas de réponse à ça, parce que c’est quelque chose de tout à fait naturel pour moi, j’ai toujours fait ça. Je n’ai jamais eu à me débattre pour trouver des idées, que ce soit pour la musique ou pour tout autre projet. Je ne taris jamais d’inspiration. J’écris tout le temps des chansons, je peins sans arrêt,… Je ne comprends pas, moi, ces écrivains qui ont le syndrome de la page blanche ! C’est quoi ce bordel ?! Cela me dépasse ! Personnellement, je dois me stopper moi-même de faire de nouvelles choses, je ne sais pas m’arrêter, j’adore créer de nouvelles choses. Maintenant, le nouvel album est prêt, il va bientôt sortir, je dois m’empêcher d’attraper ma guitare pour composer de nouveaux trucs, j’ai clairement autre chose à faire en ce moment ! Mais j’ai toujours été comme ça, débordant d’énergie créative.

C’est un don ! Autrement, un nouvel album pour Lordi est synonyme de nouveaux costumes, qu’on a déjà pu apercevoir, comment travailles-tu là-dessus ? Eh bien, je fais tout moi-même ! Bien sûr, quelques amis m’aident, mais en gros, je sculpte tout, je peins tout. Le seul truc qui vient de l’extérieur, ce sont nos chaussures… Et encore, en fait, parce qu’on commande les plateformes qui sont customisées ensuite. En fait, tout ce que tu peux voir autour de Lordi, ça vient de moi : le design des costumes, les pochettes, les booklets, les vinyles, les éléments de mise en scène, le merchandising,… Je m’occupe de tout ! Et j’adore ça (rires) !

Et ça te prend combien de temps pour faire les costumes ? Ça dépend ! Approximativement, ça peut prendre jusqu’à cinq mois, cela dépend du temps que j’y consacre par jour.

Je voulais aussi parler de votre nouveau clip, qui est sorti hier, « Hug You Hardcore »… Merde !

…Je dois dire que j’ai été assez surprise, je ne sais pas si je suis amusée ou choquée, mais comment t’est venue cette idée ?  Tout d’abord, c’est du fait de la chanson elle-même, je veux dire, si tu veux sortir un single, tu as besoin que la vidéo corresponde à la chanson. C’est vrai, on peut le faire tout à fait différemment, comme on l’a fait pour « The Riff », c’est vrai que la vidéo n’avait rien à voir avec les paroles. Ouais, il y a plusieurs façons de faire, ok ? Mais cette fois… Et d’ailleurs, c’est la première fois que j’ai réussi à tenir tête au label qui n’était évidemment pas d’accord, mais je me suis occupé de ça moi-même, avec un réalisateur suédois, Owe Lingwall, qui a déjà fait des vidéos pour des tas de groupes et je lui ai expliqué ce que je voulais et lui ai bien dit de ne pas écouter le label, mais de n’écouter que moi ! Personnellement, je suis un peu déçu de cette vidéo, car je la voulais encore plus brutale, en fait… Cette version est vachement soft pour moi, je la voulais encore plus grotesque et brutale. Mais le réalisateur m’a dit qu’il avait fait son maximum… Petite chatte (rires) ! Bon, je suis quand même satisfait de la vidéo, qu’on ait pu aller jusqu’à ce point, mais je l’imaginais vraiment plus brutale. Honnêtement, pour moi, cette vidéo n’est brutale du tout, ni choquante, mais j’insiste qu’il s’agit de mon point de vue. Mais pour le label, c’était déjà trop « pour les gens normaux »… Sérieusement ? Allons, ce n’est rien du tout ! Eh bien, je crois que j’ai oublié la question tu m’as posée. Mais, j’ai été assez surpris qu’autant de personnes aient été choquées par cette vidéo, je ne comprends pas ce qu’il y a de choquant ! Allez, on est un groupe de monstres qui chantent des chansons d’horreur… C’est vrai, c’est la première fois qu’il y a autant de sang dans une de nos vidéos. Mais dans ma tête, c’est beaucoup plus intense. Pour moi, pour considérer quelque chose de gore, j’ai besoin de voir cette foutue tronçonneuse de près découper une tête ou peu importe. En fait, je suis aussi surpris que des gens qui nous suivent depuis des années soient également choqués… Vraiment ?! Je veux dire, ils n’ont jamais écouté ce qu’on faisait ou quoi ? Ou lu les comics ? Allez !

Mais ce gode, quand même… Et alors ?! Sérieusement, tout le monde m’en parle, mais c’est l’élément le moins gore de la vidéo ! Ok, c’est un viol, je pense que c’est la chose qui bloque tout le monde. Mais hormis ça, un gode dans le c*l, qu’est-ce qu’il y a de mal à ça ? Dans mon monde, il n’y a rien de choquant avec ça… J’insiste là-dessus, dans mon univers, il n’y a rien de brutal là-dedans. Un dildo dans les fesses, et alors ? Je ne comprends pas en quoi c’est choquant. J’espère que tu comprends ce que je veux dire, parce que je ne sais pas l’expliquer autrement… C’est quelque chose qui arrive dans la vie sexuelle de tous les jours ! Voir des gens se faire découper à la tronçonneuse, ça, c’est horrible ! Mais le gode, je ne vois pas où est le problème. Non, je ne comprends vraiment pas. Mais bon, apparemment ça ne concerne que moi !

D’un autre côté, est-ce que tu prévois de travailler sur un nouveau film d’horreur prochainement ? Non. En fait, j’aimerai bien, mais c’est une question de temps, un manque de temps, mais aussi un manque de budget. Parce qu’un film demande énormément de temps et d’argent pour faire quelque chose qui vaille le coup. Bon, pour dire la vérité, je discute avec un gars d’Angleterre qui serait intéressé de travailler avec moi là-dessus, sur l’un ou l’autre court-métrage. Donc, peut-être que l’année prochaine… Peut-être. Mais si cela se fait, ce ne sera pas un film complet.

Ce serait super ! Enfin, je suis en train de dépasser le temps imparti, as-tu quelques mots pour tes fans belges pour terminer cette interview ? Merci pour votre loyauté, j’espère vous revoir sur la tournée ! En fait, nos fans sont géniaux, ils nous soutiennent dans tout ce qu’on fait, c’est super ! Donc voilà, merci !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s