[ARCHIVES] Interview avec Giraffe Tongue Orchestra

GTO_BrokenLines

Giraffe Tongue Orchestra, ce super groupe au nom improbable est composé de Thomas Pridgen (ex Suicidal Tendencies) à la batterie ; Pete Griffin (Dethlok) à la basse ; William DuVall (Alice In Chains) au chant, ainsi que de Brent Hinds (Mastodon) et Ben Weinman (Dillinger Espace Plan) aux guitares. C’est d’ailleurs ce dernier qui nous fait le plaisir de répondre à quelques questions pour présenter ce projet Rock, en chantier depuis plusieurs années, qui sort enfin son premier album « Broken Lines ».

Tout d’abord, je suppose qu’il y a une histoire de rencontre derrière la création de Giraffe Tongue Orchestra, peux-tu résumer cette histoire et expliquer comment vous avez décidé de construire un projet ensemble ? À la base, GTO a été conçu par Brent Hinds (Mastodon) et moi-même. Brent et moi sommes amis depuis longtemps et bien que nous soyons assez différents, on s’entend très bien. J’ai toujours admiré son processus créatif et je pense que l’on s’inspire l’un l’autre. C’est un projet qui se construit depuis presque dix ans, beaucoup de mains l’ont touché et finalement, c’est une des choses les plus difficiles que j’ai fait dans ma vie.

J’ai lu que le nom du groupe vient d’une histoire assez anecdotique, peux-tu raconter à nos lecteurs ta version des faits ? Aussi anecdotique que cela puisse être, cette histoire est vraie. Brent était en tournée en Australie et a visité un zoo lors d’un day off. Il m’a appelé pour me dire qu’il avait trouvé le nom du groupe… « Giraffe Tongue » (langue de girafe), parce qu’il était en train de regarder des girafes peler des bananes avec leurs grosses langues collantes. Et c’est de là que ça vient. On a ajouté « Orchestra » pour que les initiales soient « GTO ».

Aussi, c’est assez difficile de décrire votre son et vous le qualifiez simplement de « musique cool ». Peux-tu expliquer comment vous êtes arrivés à ce son ? Était-ce un choix délibéré ou c’est venu naturellement en jammant ou simplement en discutant ? Je pense que le plus intéressant avec notre son, c’est que l’on peut entendre chacun de nos styles à travers notre musique et cela donne quelque chose de cohérent. On voulait juste créer quelque chose d’original et honnête. Et le processus a été assez naturel une fois que les pièces ont commencé à s’assembler.

D’un autre côté, le résultat final sonne assez différemment, n’avez-vous pas peur de troubler vos fans ? Et vous attendez-vous à conquérir un public tout à fait différent ? Non. Les fans de Dillinger ont tendance à s’ouvrir à nos autres projets et la plupart d’entre eux nous ont beaucoup soutenus. Je pense que GTO a le potentiel pour atteindre une fanbase différente.

En général, quelles sont vos principales influences musicales ? King Crimson, David Bowie, Mahavishnu Orchestra.

Il semble que le projet ait commencé en 2012, mais vous sortez seulement votre premier album cette année, est-ce dû à vos horaires respectifs avec vos autres groupes ? En fait, ce projet a commencé vers 2008. Cela a pris autant de temps pour deux raisons : des raisons logistiques et aussi parce que nous voulions que les choses soient bien faites.

Est-ce que tu peux aussi un peu en dire plus sur la façon dont vous avez travaillé sur ce premier album au fil de ces années ? Comme dit précédemment, ce projet a été l’un des plus difficiles de ma vie. Pas seulement parce que nous avons dû travailler en dehors des horaires de musiciens occupés, mais aussi parce qu’il y avait le challenge de trouver la bonne combinaison de musiciens pour ce projet. Ce n’est pas le genre de truc où l’on avait deux mois off en dehors d’une tournée pour se réunir dans une pièce et pondre un album ensemble. Cela a été un vrai travail d’amour.

Peux-tu aussi expliquer la signification de l’artwork de « Broken Lines » ? On voulait que l’artwork représente quelque chose de classique et d’iconique rappelant les albums géniaux des années 70, comme ceux de Pink Floyd.

Et quels sont les thèmes que vous explorez à travers les textes des chansons sur cet album ? Y-a-t-il un fil rouge ou un concept ? William a écrit les paroles de cet album. En gros, elles reprennent ce qui se passe dans le monde et ce qu’il se passait dans sa vie au même moment. Il décrit cela du point de vue de quelqu’un qui se sent en état de siège et qui tente de se débarrasser des liens qui le retiennent. Je pense que c’est assez politique et que ça contient un message fort.

Maintenant que la sortie approche, comment te sens-tu ces dernières semaines avant le jour J et que se passe-t-il pendant ce temps-là ? Honnêtement, c’est assez surréaliste. C’est un projet sur lequel je travaille depuis tellement d’années et à plusieurs reprises durant sa création, j’ai pensé que ce ne serait jamais complet. Mais on a continué à le pousser et le pousser encore et finalement le jour est venu. Je suis impatient de le partager avec le monde.

Peut-on s’attendre à une tournée après la sortie de « Broken Lines » ? On a quelques dates prévues pour décembre en ce moment. Il y aura une plus grosse tournée annoncée plus tard.

D’un autre côté, tu as fondé ta propre maison de disques, « Party Smasher Inc », peux-tu nous en parler un peu ? Apparemment, ce n’est pas qu’un simple label… Cela a commencé avec l’idée que les scènes n’existent plus aujourd’hui comme dans le passé et je voulais vraiment favoriser les communautés par un contrôle de qualité. J’ai commencé « Party Smasher Inc » et maintenant c’est en train d’évoluer en gang de médias.

Et ce n’est pas trop difficile de gérer un tel projet à côté de ta carrière de musicien ? Non. J’ai toujours aimé me diversifier et être impliqué dans d’autres projets que juste Dillinger.

Et finalement, veux-tu ajouter quelques mots pour les fans belges ? J’ai toujours aimé passer du temps dans votre pays. Merci de toujours soutenir la musique underground.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s