[ARCHIVES] Interview avec Hammerfall

hammerfall_builttolast

C’est Pontus Norgren (guitare) qui nous parle du dernier opus d’Hammerfall, « Built To Last », dixième album du groupe de Power suédois dont le son ne prend pas une ride, malgré ses vingt ans de carrière qui se profilent à l’horizon.

« Built To Last » est donc votre dixième album, peut-on dès lors le considérer comme une sorte de synthèse des neufs opus précédents ? Oui, je pense que cet album est une sorte de résumé des albums que nous avons sortis jusqu’à présent. Par exemple, « Glory To The Brave » se retrouve dans « Built To Last », on a gardé cette individualité qui perdure depuis presque vingt ans maintenant et quand nous sommes entrés en studio pour « Built To Last », nous avons rassemblé nos meilleures recettes pour les concentrer sur un album. D’ailleurs, on a choisi ce titre, « Built To Last », parce qu’Hammerfall durera encore longtemps, pas pour toujours, bien sûr… Quoique, on aimerait que cela dure toujours. Et on a le sentiment que cet album va marquer les esprits.

On reconnaît le son d’Hammerfall entre mille, comment parvenez-vous à faire évoluer votre son sur chaque album tout en gardant, justement, votre identité musicale ? Je pense que c’est grâce à toutes les séances d’écriture que l’on a eues pour chaque album. Bien sûr, ce n’est jamais évident de se pencher sur un nouveau projet et commencer à écrire, mais à chaque fois qu’on compose de nouveaux morceaux, on se dit : « Tiens, j’ai déjà fait ça plusieurs fois, en fait ». Et quand cela se produit, c’est une bonne base, mais il faut chercher plus loin, parfois dans des retranchements plus sombres, pour y trouver quelque chose de spécial. En fait, c’est un processus très long, la composition d’un album, mais c’est quelque chose que j’adore. J’adore, on adore tous ce qu’on fait et je pense que c’est l’ultime point fort d’Hammerfall. Nous sommes fiers de ce que l’on fait, du concept d’Hammerfall et nous adorons le partager et partager cette passion qui nous lie qui est le Heavy Metal.

J’ai lu un commentaire d’Oscar dans la presse où il disait qu’il avait eu beaucoup de mal à se lancer dans la composition de l’album, car vous étiez encore en tournée à ce moment-là. Est-ce que cela a été également ton cas ? Oui, malheureusement mon père est décédé plus tôt cette année, lorsque l’on devait initialement se réunir pour commencer l’écriture… Pour « (r)Evolution », j’ai eu l’occasion de participer à l’écriture, ce qui a été beaucoup plus facile parce qu’on a travaillé dessus pendant notre break après « Infected ». Pour « Built To Last », cela a été un processus plus compliqué et stressant, pour moi aussi, du fait de ce qui s’est passé avec mon père, j’ai disparu du processus, car je ne pouvais simplement penser, ni même toucher à ma guitare. À ce moment-là, Oscar a pris les devants et cela a été très stressant pour lui. Mais on s’est appelé très souvent pour que je puisse quand même participer à l’écriture de l’album. Enfin, c’est vraiment rare quand les choses se passent exactement comme prévu !

Avant de dire une bêtise, est-ce que David est bien le batteur présent sur l’album ? Comment s’est passée cette première expérience avec lui ? Oui, David est notre batteur maintenant et il a fait un travail remarquable sur notre nouvel album. Il nous a apporté de la fraîcheur et beaucoup d’énergie et on espère qu’il va rester avec nous maintenant, parce que cela se passe vraiment bien avec lui. Nous verrons après la tournée, car nous avons besoin de trouver la bonne personne… Anders est resté avec nous pendant dix ans, puis il a décidé de partir… Et c’est toujours toute une histoire pour trouver un remplaçant. Donc, on espère vraiment que David restera avec nous. L’enregistrement s’est tellement bien passé !

Est-ce qu’il y a un titre que tu préfères, plus personnellement, sur cet album ? C’est toujours une question difficile, ça ! Surtout que l’on a très peu de recul actuellement par rapport à l’album. Mais en ce qui me concerne, en général, s’il y a une chanson que je préfère, ce n’est pas tellement pour la chanson elle-même, mais plutôt parce qu’elle me renvoie à un souvenir, comme son enregistrement, par exemple, ou parce que j’adore la jouer en live. D’ailleurs, pour moi, pour qu’une chanson prenne vie, il faut qu’elle soit répétée, mise en situation et finalement jouée en live. Ce que je veux dire, finalement, c’est que pour le moment c’est très difficile pour moi de sélectionner un titre préféré sur « Built To Last ». Mais là, je choisirais « Hammer High ».

Lorsqu’on écoute les morceaux et que l’on découvre les paroles, on peut remarquer que vous parlez beaucoup de « la volonté de se battre », est-ce une sorte d’adage pour vous ? Je dirais que la majorité des chansons d’Hammerfall, en général, concernent la vie et ce qu’on en apprend, des questions qu’on se pose sur notre existence… Bien sûr, on parle de dragons et de démons etc. mais en réalité ces personnages peuvent représenter autre chose. Je pense que chacun peut interpréter nos chansons selon son propre ressenti, ses expériences personnelles.

Et qu’est-ce qui t’inspire personnellement quand tu crées de la musique ? C’est la passion, tout simplement. Avec Hammerfall, on a accumulé tellement d’expériences différentes, tellement de connaissances et on s’en inspire au quotidien. On met tellement de cœur dans notre musique, tellement d’énergie et quand on est amené à créer de nouvelles choses, c’est cette passion qui nous anime, nous n’avons pas à nous forcer pour le faire. Pour ma part, je suis persuadé quand sans ça, on serait incapable d’émouvoir les gens.

Sinon, vous tournez à partir de janvier et je suis contente de voir que la Belgique est au programme. Cependant, que préparez-vous pour cette tournée ? Le plan, c’est de mettre en avant « Built To Last ». Et si tout se passe bien, on pourrait éventuellement ajouter quelques éléments scéniques particuliers. Mais pour le moment, on travaille sur la setlist et ça commence à devenir compliqué pour nous, parce qu’on veut mettre en avant des morceaux de notre dernier album, tout en sachant que le public a des attentes par rapport à notre setlist. En ce qui concerne le show lui-même, avec ses aspects visuels, on espère pouvoir l’amener partout, mais cela demande beaucoup d’organisation, de logistique et parfois les salles ne sont pas adaptées à ce qu’on prévoit. Et l’on voudrait mettre tous nos fans sur le même pied d’égalité, nous ne voulons pas les décevoir. Mais normalement tout devrait bien se passer, on est très impatients de repartir en tournée et on espère que les gens aimeront ce qu’on a préparé.

Selon toi, quelles chansons ne voudrais-tu jamais enlever de la setlist d’Hammerfall ? Je dirais surtout que ce sont les chansons que nous ne pouvons pas enlever, cela décevrait trop les fans… « Hearts On Fire », celle-là est obligatoire… Mais c’est tellement difficile de choisir ! Il y a aussi « Any Means Necessary » qui a été un grand succès, « Renegade », « No Sacrifice No Victory »… Sur plus de quarante chansons, c’est vraiment très compliqué, sans compter que l’on aime se faire plaisir également et il y aura toujours des insatisfaits, mais on fait vraiment de notre mieux pour offrir la setlist la plus satisfaisante possible pour tout le monde.

Par ailleurs, est-ce que vous prévoyez d’enregistrer l’un ou l’autre show en vue de sortir un DVD live par la suite ? Ça dépend, l’année prochaine on célèbrera les vingt ans d’Hammerfall… Donc, pour l’instant on se concentre sur la tournée avec la promotion de « Built To Last ». Nous n’avons pas tellement de projets en ce sens pour le moment, mais si l’on devait faire quelque chose, ce serait pour 2018. Mais peut-être qu’il y aura l’un ou l’autre enregistrement pendant la tournée, pour un clip live ou quelque chose… On ne sait pas vraiment.

Sinon, comme dit précédemment, vous serez bientôt de retour en Belgique, as-tu des souvenirs en particulier en rapport avec ce pays ? Oh oui ! Enormément de bons souvenirs ! Mais en Belgique, le public est toujours bon. Après, on a toujours de bons souvenirs de chaque pays que l’on visite, mais il n’y a rien à dire, en tout cas, sur la nourriture belge… Et on aime vraiment beaucoup la nourriture dans Hammerfall (rires) !

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s