[ARCHIVES] Interview avec Iced Earth

icedearth_incorruptible

Entretien avec Jon Schaffer (guitares), qui nous parle du douzième album studio d’Iced Earth, « Incorruptible ».

Pour commencer, comment te sens-tu à l’approche de la sortie de ce nouvel album ? Je suis positif et assez impatient. Nous sommes très contents du résultat final et c’est le plus important. Néanmoins, nous avons déjà proposé quelques extraits au public et les réactions sont très enthousiastes, donc on a hâte que l’album sorte pour qu’il puisse être écouté en entier par nos fans.

Avec qui avez-vous décidé de travailler pour produire cet album ? En gros, on a enregistré l’album dans mon propre studio et l’intervenant principal au niveau du mixage et du mastering a été Chris Harris, alias « Zeuss ». En général, on travaille beaucoup nous-mêmes sur les pré-productions, pour que chaque membre du groupe puisse travailler dessus, vu qu’on est un groupe international, c’est parfois compliqué de se voir tous ensemble, ça nous coûterait cher. Donc, les démos sont déjà bien abouties avant d’entrer en studio, ça facilite le travail de tout le monde.

J’ai lu que cet album n’était pas un concept-album et que les thèmes abordés étaient assez variés. Aurais-tu un exemple ou deux de thèmes dont vous parlez ? Effectivement, il n’y a pas un thème en particulier sur ce CD, c’est un rassemblement de dix morceaux qui parlent de choses différentes et je pense que c’est le premier album d’Iced Earth dans ce cas-là. Ici, il y a notamment une chanson qui rend hommage aux natifs américains, une chanson sur l’histoire Viking, une autre sur les pirates,…

D’accord. Par ailleurs, tu es connu pour être fan d’Histoire, d’où te vient cette passion ? Je ne sais pas vraiment, j’ai probablement été influencé par mon père, mais j’ai toujours été intéressé par l’Histoire. Il  y a quelque chose de fascinant dans l’Histoire, car on se rend compte en l’explorant que le monde ne change pas vraiment, que l’on répète les mêmes schémas époque après époque, comme si nous n’apprenions rien, en fait. Tu peux lire la Bible et constater que l’on fait toujours les mêmes erreurs aujourd’hui, c’est le cas pour toutes les civilisations. C’est comme si l’humanité était incapable d’évoluer, ou tellement lentement. La seule chose qui a vraiment changé, c’est la technologie, mais les comportements humains sont toujours les mêmes. On se comporte exactement de la même façon qu’au temps des Romains, mais aujourd’hui on a des Iphones ! C’est fou ! Mais c’est fascinant et de cette façon, l’Histoire permet tout à fait de prédire le futur.

D’un autre côté, vous travaillez avec des artistes différents pour les artworks d’Iced Earth et malgré cela, on reconnait directement vos pochettes. Selon toi, quel est le secret d’un bon artwork d’Iced Earth ? Eh bien, je ne sais pas ! J’ai toujours eu, et ce depuis le début, une vision claire des artworks que je veux pour Iced Earth et j’accompagne les artistes dans l’ensemble du processus. Ça a toujours été comme ça et c’est un peu bizarre, d’ailleurs, parce que quand j’ai monté mon projet solo, je n’ai pas eu ce genre de vision. À vrai dire, je n’arrivais pas à visualiser quelque chose. Mais bon, ces gars qui font partie de l’équipe artistique… Il y a David Newman-Stump, qui a été engagé pour « The Crucible Of Man » et « Framing Armageddon » et il y a Roy Young, qui a travaillé sur « The Dark Saga ». Et en fait, j’ai renoué avec Roy il y a quelques années, il était venu nous voir en concert. Et c’est un artiste fantastique, son travail avec les couleurs est incroyable. Je suis très contentant qu’il soit à nouveau dans l’équipe. Sinon, pour réaliser un bon artwork, je pense que c’est un peu la même chose que de composer des chansons qui collent à Iced Earth. Je pense que c’est une question d’investissement. Ma vie est dédiée à Iced Earth et depuis le début, je veux garder la même essence et ce, même si on travaille avec d’autres personnes, même s’il y a eu des changements de line-up ou peu importe, c’est important de garder cette identité. Je ne sais pas si c’est un don ou une malédiction d’avoir ces visions, mais je sais ce que je veux et je guide les artistes dans leur travail pour l’obtenir.

Et que peux-tu nous dire sur l’artwork d’« Incorruptible », en termes d’interprétation ? Eh bien, il y a plusieurs choses à dire sur cet artwork, à commencer par la présence de Seth. Je ne pense pas que ce soit la dernière fois qu’on le voit, il y a d’ailleurs déjà eu des fois où il n’était pas présent, mais je pense que cette pochette représente la fin d’une ère et peut-être qu’on n’écrira plus de concept-album à l’avenir. À vrai dire, je ne le sais pas encore exactement, mais je sais qu’on a atteint une étape importante. C’est le dernier album avec notre ancien label, déjà. Et puis « Incorruptible » fait référence au fait qu’Iced Earth a vraiment été incorruptible depuis le début, malgré les difficultés actuelles du business de la musique, notre vision est toujours restée la même. Et Seth crucifié sur ce pentagramme en souriant reflète principalement cette idée. Mais il y a plusieurs façons de l’interpréter et c’est toujours intéressant de savoir ce que les gens en pensent. D’ailleurs, autre fait amusant : il n’y a aucune chanson sur l’album que l’on peut raccrocher à ce design. Néanmoins, dans le booklet, il y a un artwork pour représenter chaque chanson.

Autrement, cela fait plus de trente ans que tu fais de la musique. Qu’est-ce que tu te dis quand tu y penses ? Et selon toi, quelle est la clé pour rester motivé et inspiré ? Je dois dire que je suis fier que le groupe soit toujours debout aujourd’hui, car la plupart des gens n’ont aucune idée de ce qu’on a traversé pour y arriver. Je pense même écrire un livre à ce sujet à un moment ou un autre. Donc, je suis fier, mais aussi très reconnaissant envers nos fans et leur loyauté depuis toutes ces années. Nous avons un lien très fort et je remercie notre fanbase tous les jours. Je sais qu’elle est toute petite par rapport à celles de groupes comme Iron Maiden, Kiss ou Metallica, mais on reçoit la même loyauté et je n’échangerai ça pour rien au monde. Ce qui me motive, c’est d’écrire des chansons qui touchent les gens, qui les aident, c’est mon but depuis le début et ça le sera toujours. Les gens parlent beaucoup de mon jeu à la guitare, mais la guitare n’est pas quelque chose que je prends vraiment au sérieux, c’est juste un outil pour moi. Je passe tellement de temps à diriger Iced Earth que c’est devenu secondaire. Mais ce qui m’importe vraiment, ce sont les chansons en elles-mêmes et je ne pense pas qu’il y ait un secret à ça, parfois un album est moins bon qu’un autre, ça arrive. Tout dépend de ce qui se passe dans nos vies aux moments où on compose, je crois.

Apparemment, tu travailles sur un nouvel album de Demons And Wizards, est-ce bien vrai et si oui, que peut-on savoir à ce propos ? Oui, on en est vraiment aux prémices, mais c’est vrai. Je ne sais pas encore quand l’album sortira, c’est vraiment une question de temps et d’organisation. Cela fait quand même douze ans et ça fait longtemps qu’on a envie de faire un autre album, donc cette fois on va vraiment accorder nos agendas pour que ça se produise ! On a déjà quelques chansons qui sont presque terminées, mais je vais repartir en tournée avec Iced Earth, donc on finira ça ensuite. Et j’espère vraiment que cet album pourra sortir l’année prochaine. Encore un peu de patience…

Un petit mot pour les fans belges pour finir cette interview ? Nous avons des fans géniaux en Belgique, je les remercie pour leur soutien de longue date et j’ai vraiment hâte de les revoir à l’Alcatraz !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s