[ARCHIVES] Interview avec In Flames

inflames_battles

Un entretien surprise et non des moindres lors du Graspop, celui de Anders Fridén, chanteur d’In Flames…

Commençons par une actualité : le clip de « Save Me » est sorti il y a quelques jours et nous avons été surpris par la violence des images qui contraste avec le côté plus « soft » de la chanson. Peux-tu nous expliquer d’où vient cette idée ? Vous trouvez que c’est une chanson soft ?! Eh bien, « Save Me » est un titre évident, c’est quand tu demandes de l’aide à quelqu’un et on voulait une imagerie qui montre ça d’une façon différente. On a fait une sorte d’expérience, car on n’avait jamais utilisé ce genre d’imagerie auparavant. Cela raconte l’histoire de quelqu’un qui s’enfuit alors qu’on essaie de le sauver et le clip est une des manières possible d’illustrer ça. Mais la chanson n’a rien à voir avec une personne en particulier, c’est quelque chose de très personnel.

Autrement, « Battles » est sorti il y presqu’un an maintenant et il a un peu déstabilisé les fans, qu’en penses-tu ? Et quel est ton ressenti par rapport à cet album avec le recul ? Je pense que les chansons ont été bien reçues en live par le public et on aime aussi beaucoup les jouer, donc la transition de l’album à la scène s’est très bien passée. Sinon, je ne prête pas vraiment attention à ce que les gens en disent sur Internet ou même dans les magazines. Quand on fait de la musique, ce que les autres en pensent nous importe peu, sauf si c’est positif. Nous sommes très conscients que lorsqu’on sort un album, certains vont l’adorer, d’autres vont le détester et d’autres encore seront entre les deux. Et penser à tout ça, pour moi, ce n’est pas utile. Mais personnellement, je suis très satisfait de ce dernier album, tout comme je demeure satisfait de tous les albums que nous avons sortis. Il n’y a rien que je voudrais changer. C’est toujours mieux de regarder devant soi que de penser au passé.

Il y a vingt ans, vous jouiez ici au Graspop pour la première fois sous une Marquee et aujourd’hui, vous êtes présents en tant qu’headliners, qu’est-ce que ça te fait ? Hm, c’est difficile à dire, quand on arrive dans le business, c’est un peu comme dans une bulle, le groupe grandit, on fait des rencontres, on évolue et on ne s’en rend pas vraiment compte. Je n’y pense pas vraiment, c’est seulement maintenant que tu me poses la question… Je me dis que oui, c’est cool, mais je ne me vois pas en train de crier dans la rue : « Hey ! Je suis headliner au Graspop ! » Mais je suis très heureux quand je pense à notre carrière, parce qu’on a travaillé vraiment dur pour devenir ce qu’on est aujourd’hui. On a réussi à faire carrière, c’est génial. Je veux dire, j’aurais fait ça toute ma vie d’adulte sans avoir eu à chercher un job normal et c’est tellement plus drôle !

À propos de la tournée avec Five Fingers Death Punch, vous serez headliners en en Suède, mais pas en Belgique, notamment, ce qui est plutôt surprenant. Que peux-tu nous dire à ce propos ? Eh bien, il y a quelqu’un qui doit ouvrir, il y a quelqu’un qui doit finir, on ne peut pas jouer en même temps ! Donc, ce sera une fois l’un, une fois l’autre, mais on aura le même temps de jeu sur scène. Voilà ! Mais ce sera une chouette tournée, on a déjà fait auparavant et ce sera tout à fait égal.

Avez-vous déjà eu l’occasion de travailler sur de nouvelles compositions ? Nope ! On termine de tourner d’abord, c’est pour ça qu’il y a toujours à peu près deux ans entre les albums : un an pour composer et enregistrer, puis un an pour tourner.

Justement, peut-on s’attendre à un nouvel album l’an prochain ? Quand on sentira qu’on a assez tourné pour cet album, on commencera à composer pour ensuite enregistrer. Ça peut être l’année prochaine, comme l’année d’après, je ne sais pas encore. Et je ne dis pas ça pour éviter la question, nous n’avons aucune idée de quand ça se passera, vous verrez… Mais pour l’instant, on n’a pas encore vraiment fait de tournée européenne, ce sera celle avec Five Fingers Death Punch et après on verra.

Du coup, c’est un peu tôt pour discuter de la direction que vous prendrez sur le prochain album… Je peux dire que ça sonnera probablement comme du In Flames, c’est tout. Nous n’avons aucune idée de ce à quoi ça ressemblera, nous ne sommes pas du genre à nous dire : « On fera ça, on sonnera comme ça etc. », pas du tout.

Qu’est-ce qui t’inspire, en tant qu’artiste ? La vie ! C’est aussi simple que ça. Le monde autour de moi, les gens que je rencontre, les livres que je lis, la musique que j’écoute, n’importe quand et n’importe où. Je pense qu’il suffit d’ouvrir les yeux sur ce qui nous entoure et il y a tout le nécessaire pour s’inspirer. Maintenant, je pense qu’on fait de la musique depuis suffisamment longtemps pour ne plus avoir besoin d’autres influences musicales. À ce niveau-là, nous nous inspirons nous-mêmes, pour dire ça d’une façon un peu égoïste. Mais je pense que c’est pour ça aussi qu’on est toujours là.

Effectivement, cela fait presque trente ans que vous existez et que vous parvenez à vous renouveler album après album, ce qui fait que vous représentez vous-mêmes une inspiration pour beaucoup de groupes de générations différentes. Qu’est-ce que tu en penses ? Je pense que c’est génial, mais encore une fois, ça ne me fera pas me sentir mieux par rapport à moi-même. Je veux dire que si quelqu’un m’approche en me disant que je l’ai inspiré, c’est un grand honneur, mais ça ne m’autorise pas à penser que je suis meilleur. Après, je pense que le Metal est un style qui traverse les âges, il y a des centaines de genres et de nouveaux sont créés en permanence et beaucoup de groupes s’inspirent les uns les autres.

Aussi, vous avez toujours eu un line-up assez stable, mais vous avez récemment changé de batteur et de bassiste, n’avez-vous pas été découragé à ce moment-là ? Pourquoi ?

Je ne sais pas, ça a quand même dû être un coup dur… Bien sûr, c’est triste quand quelqu’un décide d’arrêter, parce qu’à force de jouer et tourner ensemble on est devenu comme une famille. Mais moi, je n’ai pas envie d’arrêter, donc je continue… C’est comme ça, ceux qui sont partis ont fait du très bon travail et maintenant, s’ils veulent se consacrer sur leur famille ou peu importe, je n’ai rien à dire là-dessus. Puis, l’arrivée des nouveaux musiciens, Joe et Bryce, ont été bénéfique pour le groupe, on n’a jamais été aussi bons que maintenant, ils ont des personnalités différentes et ont amené une nouvelle énergie. C’est fantastique et je n’ai jamais pensé une seule seconde à quitter le groupe.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s