[ARCHIVES] Interview avec Asking Alexandria

asking-alexandria-the-black

Quelques jours précédant la sortie de “The Black”, tout nouvel album de la formation britannique, nous avons eu l’occasion d’en discuter avec son guitariste et membre fondateur, Ben Bruce. Dans cette interview, il est principalement question de la renaissance du groupe suite au départ de son chanteur, mais aussi de la vie en tournée et de l’amour du groupe pour ses fans.

Bonjour Ben, merci beaucoup de nous donner de ton temps pour cette interview ! Tout d’abord, comment s’est passée la première partie de la tournée, « The British Invasion Tour » ? C’était génial ! C’était une très bonne tournée, elle a eu beaucoup de succès, mais ce n’est pas seulement ça. Nous étions avec deux autres groupes, Bullet For My Valentine et While She Sleeps, qui sont de très bons amis, on se connaît depuis longtemps, donc c’était un peu comme une très longue fête où l’on a beaucoup bu et beaucoup ri, on a pris du bon temps tous ensemble et tout s’est très bien passé !

D’accord. Est-ce que tu aurais une anecdote en particulier à nous raconter à propos de cette tournée ? Hmmm, pas spécialement une en particulier, non. Comme je l’ai dit, c’était une longue beuverie entre amis. Le genre où tu as plus une perte de mémoire quand tu réveilles le matin. Donc, oui, on a eu énormément de moments drôles dans les backstages et dans le bus.

La seconde partie de cette tournée commence à la fin du mois d’avril, qu’est-ce que vous avez prévu de faire ces prochaines semaines ? Pour les prochaines semaines, on a pas mal de choses à faire. Il nous reste deux concerts sur cette tournée, ensuite on ira à Los Angeles pour tourner un clip et faire la promotion de notre album et puis on décollera pour l’Australie et la Nouvelle Zélande pour une tournée en headliner pour présenter « The Black » et puis on sera de retour, comme tu l’as dit, pour la seconde partie de la British Invasion avec Bullet.

Ok, super ! Maintenant, parlons un peu de votre nouvel album sur le point de sortir, « The Black ». Alors, selon toi, comment décrirais-tu cet album musicalement parlant ? Musicalement, je pense que c’est un album extrêmement plus abouti que ceux que nous avions sortis jusqu’à présent. C’est dû au fait que plus longtemps tu fais partie d’un groupe, tu apprends à connaître les musiciens avec qui tu joues, on grandit tous ensemble, on apprend les forces et les faiblesses de chacun. Puis, moi, pas seulement en tant que musicien, mais en tant qu’individu, je suis très confiant par rapport à cet album. Je me suis beaucoup plus investi dans cet album par rapport aux précédents et je pense définitivement que musicalement, cela se ressent très fort. Aussi, nous sommes de plus en plus compétent en tant que musiciens et je pense que cet album en est le témoin, il suffit de l’écouter du début à la fin pour s’en rendre compte.

Est-ce qu’il s’agit d’un concept-album ? Si c’est le cas, peux-tu l’expliquer et si pas, peux-tu nous parler des thèmes abordés sur cet album ? Ce n’est pas un concept-album, c’est littéralement un album très ouvert, honnêtement. En fait, depuis le temps qu’on tourne avec Asking Alexandria, on a accumulé beaucoup d’expériences différentes, on a réussi à atteindre un niveau professionnel. Et cet album explore ces aspects de nos vies. Nous l’avons intitulé « The Black » en référence à ce qu’on a traversé, la période la plus sombre de notre carrière et il faut vraiment l’écouter dans l’ensemble pour comprendre. On a traversé de rudes épreuves et c’est par cet album qu’on s’exprime par rapport à tout ça.

As-tu une chanson préférée sur cet album ? Hmmm non, je n’y ai pas réfléchi, il n’y a pas une chanson en particulier que je préfère. Pour moi, c’est vraiment un tout, de l’écriture, en passant par le studio, jusqu’à la sortie et tu veux qu’il soit meilleur que les autres, tu donnes tout pour ça. D’ailleurs, quand nous sommes entrés en studio, on avait 42 chansons prêtes, donc on a porté beaucoup d’attention à bien choisir celles qui figureraient sur la version finale de l’album. Et de ce fait, je ne peux vraiment pas choisir une chanson préférée, je pense qu’elles en valent toutes la peine et vraiment, sans vouloir me vanter, je suis fier de toutes les chansons qui sont sur cet album.

D’accord, je comprends. D’ailleurs, cet album est le premier avec votre nouveau chanteur, Denis, qui était fan d’Asking Alexandria. Est-ce que cela a été difficile pour lui d’intégrer le groupe ? D’autant plus qu’il a dû monter sur scène peu après son arrivée… Non, ça n’a pas été difficile pour lui. Beaucoup de gens, moi compris, ont eu tendance à penser que cela prendrait du temps pour que tout se mette en place et qu’on s’habitue à cette nouvelle formation. Pas juste pour Denis, mais pour chacun d’entre nous, le temps que la confiance et l’amitié s’installent. Cela nous semblait difficile et représentait une sorte de défi, sans savoir si nos personnalités allaient coller etc. et finalement, ça a été très facile, tout s’est passé très naturellement et rapidement, tant du point de vue musical que personnel. On a vite senti que c’était la bonne personne, arrivée au bon moment.

Ok, c’est super pour vous. Et comment cela s’est passé avec les fans ? Eh bien, c’est la même chose. Nos fans sont vraiment incroyables ! Quand c’est arrivé, on se demandait vraiment comment ça allait se passer parce que quand on perd un membre important, en particulier un chanteur, pour beaucoup de groupes, c’est synonyme de fin de carrière… Mais pour nous, nos fans ont accueillis Denis à bras ouverts… Enfin presque, je dirais que 50% de fans l’ont accepté directement et que 50% d’autres l’ont moins bien pris, disant qu’Asking Alexandria ce n’était plus pour eux. Mais ce qu’on retient, c’est le soutien qu’on a eu à ce moment-là. On n’a jamais eu à annuler un show. Aussi, certains se doutaient qu’il allait se passer quelque chose et cela n’a donc pas été une surprise ou un choc, ils étaient même contents qu’on puisse continuer ce qu’on fait de mieux !

D’accord et en cas de critiques virulentes, comment vous réagissez ? Eh bien, si quelqu’un se montre très critique et ne nous apprécie pas ou plus du tout, je n’y fais pas vraiment attention. Chacun a ses opinions et finalement, la seule chose qu’ils peuvent juger c’est la musique, ils aimaient avant, ils n’aiment plus maintenant, ok, c’est bien. Ce n’est pas une raison valable de s’énerver, pour moi. Si les gens n’aiment pas Denis, il n’y a rien que je puisse faire par rapport à ça, c’était le choix de Danny de nous quitter, après tout.

Par ailleurs, puisque l’on parle de vos fans, aujourd’hui vous comptabilisez plus de cinq millions de fans sur Facebook, comment expliquez-vous un tel succès ? Quel est votre secret ? Ahah, je ne pense pas qu’on ait réellement un secret. Je pense surtout que les gens peuvent s’identifier à nous, à travers notre musique on parle de choses sensées, concrètes, auxquelles les gens peuvent se rattacher. On est aussi des gens honnêtes, très ouverts, on se montre tels que l’on est et je pense que c’est ça qui fait que les gens nous suivent facilement. Ils se disent qu’on a traversé les mêmes épreuves à certains moments, qu’on aime les mêmes choses et cela nous rend accessibles et c’est plus facile pour les gens de nous écouter et se sentir concernés. On fait tous partie d’une grande famille !

En effet, cela semble très important pour vous d’être proches de vos fans… Bien sûr ! Il y a beaucoup d’artistes qui oublient qu’ils en sont là où ils en sont grâce à leurs fans. Mais ce n’est pas notre cas, on est vraiment conscients de tout ce qu’on a aujourd’hui, c’est grâce au soutien qu’on a reçu de la part de nos fans. Parce que oui, tu peux être le meilleur musicien du monde, mais si tu n’as aucun contact avec tes fans et si tu ne les fais pas sentir investis, cela ne sert à rien. C’est pour ça qu’on adore nos fans et on se comporte avec eux, comme on voudrait qu’on se comporte avec nous. On aime chacun de nos fans de la même façon.

Aussi, Asking Alexandria évolue dans un registre Metalcore, qui est un mouvement assez tendance actuellement. Selon, toi, comment vous parvenez à faire la différence parmi les groupes ? Encore une fois, je pense que c’est du fait de notre honnêteté. On n’est pas le genre de groupe qui se pose et qui se dit qu’il veut faire du Metalcore et se demande comment réussir à le faire. Et quand on entre en studio, on n’y va pas en se disant qu’on va faire tel ou tel truc pour plaire à notre public. On le fait comme on le sent, on crée ce que nous avons envie d’entendre. C’est comme ça qu’on fonctionne et on a de la chance que les gens continuent à écouter ce qu’on crée.

Sinon, vous vous entendez bien avec les groupes qui évoluent dans ce style ? Euh oui… Je veux dire, on ne déteste aucun autre groupe, on essaie de rester proches les uns des autres, nous avons beaucoup d’amis dans d’autres groupes et avec qui on adore tourner. Autrement, on respecte ceux que l’on ne connaît pas. Tu vois, c’est un peu comme aller à l’école : tu deviens amis avec certains gosses et pas avec d’autres.

D’un autre côté, quel serait ton meilleur souvenir en tant que musicien jusqu’à présent ? Mon meilleur souvenir en tant que musicien… Ce serait probablement les nombreuses pipes que je reçois tous les soirs en backstage ! Non, je mens, ce n’est pas tous les soirs, mais c’est vraiment mon meilleur souvenir !

Ok… Et, finalement, est-ce qu’il y a un rêve que tu voudrais accomplir ? Oui… Disons que je suis en train de vivre mon rêve au jour le jour. Quand je me réveille chaque matin, je suis un peu choqué de tout ce qui m’arrive. Mais mon rêve ultime serait qu’au moment où je ne serai plus dans un groupe, ou que je serai vieux, voire mort, les gens écoutent encore ma musique et continueront à se souvenir de moi, comme quelqu’un qui aurait pu avoir un impact sur leurs vies, qui leur aurait apporté quelque chose de positif dont ils se souviendraient toute leur vie.

Wow, c’est très beau, je l’espère pour toi. Maintenant, j’en ai terminé avec mes questions. Est-ce que tu voudrais ajouter quelque chose en particuliers pour vos fans belges ? Juste un grand merci pour votre soutien et d’être restés avec nous malgré notre période merdique et toute l’agitation autour. On est vraiment impatients que « The Black » sorte et que l’on revienne jouer en Belgique pour vous, les gars !

Vous avez déjà des dates prévues ? En fait, on est en train de mettre en place la tournée européenne, donc avec un peu de chance, cela sera annoncé dans les prochaines semaines !

D’accord, merci ! Cette interview est maintenant terminée, je te remercie beaucoup pour ton temps et te souhaite le meilleur pour le futur !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s