[ARCHIVES] Interview avec Delain

delain_moonbathers

Quelques temps avant la sortie du cinquième album de Delain, groupe de Metal symphonique hollandais, nous avons pu nous entretenir à propos de « Moonbathers » avec son fondateur et claviériste, Martijn Westerholt.

Il y a vingt ans, tu as fondé Within Temtation avec ton frère et cinq ans plus tard, ton départ de ce groupe a provoqué la création de Delain et les deux projets se portent à merveille. Que ressens-tu quand tu regardes en arrière ? Je pense à ça avec le sourire, j’ai passé un excellent moment avec Within Temptation, j’ai appris beaucoup avec ce groupe. Après, quand j’ai commencé Delain, je n’avais pas spécialement de plan ni d’attentes par rapport au développement du groupe, je ne pensais pas arriver au point où j’en suis maintenant. C’est juste arrivé comme ça et je suis reconnaissant de tout ça. J’adore mon job et j’espère pouvoir le faire le plus longtemps possible.

Aujourd’hui, la Hollande semble être un nid pour les groupes de Metal symphonique, avec The Gathering, Orphanage, Delain, Epica, Within Temptation etc. As-tu l’impression de faire partie d’une scène en particulier, comme la Bay Arena pour le Thrash Metal ou Göteborg pour le Death ? Quelle est ta vision de ce phénomène ? Non, je ne vois pas ça comme ça. Probablement parce que je suis moi-même dans cette bulle et je ne sais pas non plus expliquer pourquoi tous ces groupes sont basés ici. Quand on a commencé avec Within Temptation, il n’y avait pas autant de groupes, After Forever et Epica n’existaient pas encore, il n’y avait que The Gathering. Je ne saurai vraiment pas expliquer ce phénomène (rires) !

Maintenant, Delain est sur le point de sortir son cinquième album, « Moonbathers », comment le décrirais-tu personnellement ? Je pense que c’est un album qui contient beaucoup de diversité et il y a quelques chansons qui sont beaucoup plus lourdes que ce qu’on a pu faire auparavant. Il y a aussi quelques chansons qui sont beaucoup plus calmes que ce que Delain a également pu faire auparavant. Je pense qu’il y a beaucoup d’intensité sur cet album et je suis très content du résultat. On n’avait rien prévu avant de se lancer, il est venu comme ça et pour le moment, j’en suis très heureux. Mais ce qui me rendrait encore plus heureux, serait que les gens l’apprécient aussi. Pour l’heure, j’en suis satisfait.

Quand on écoute cet album, on peut remarquer le même genre d’énergie que sur « April Rain », est-ce un effet voulu ? Je ne vois pas ça comme ça, mais c’est assez marrant, car dans la plupart des interviews données jusqu’à présent, chaque journaliste cite un album différent dans lequel il trouve des similitudes. Mais j’aime bien ça, cela montre que Delain a sa propre identité, qu’on reconnait Delain. Et je pense que c’est vraiment important pour un groupe d’avoir sa personnalité, c’est même un besoin. En ce qui concerne la comparaison avec « April Rain », on peut retrouver des similitudes dans la production, même si le mix est beaucoup plus clair et on y retrouve aussi une approche plus heavy.

Aussi, on peut retrouver Alissa d’Arch Enemy en tant qu’invitée sur cet album, peux-tu expliquer votre rencontre et pourquoi vous avez décidé de travailler avec elle en particulier ? En tant que musiciens, on est souvent amenés à se croiser sur la route, pendant les tournées et Charlotte et Alissa s’entendent bien. À vrai dire, elle avait déjà été invitée sur l’album précédent, « The Human Contradiction ». Et « Hands Of Gold », la chanson qui ouvre « Moonbathers », est une chanson qui demande des growls, donc Charlotte a directement pensé à Alissa pour ça et nous sommes très heureux qu’elle ait accepté. D’autant plus qu’on est très satisfaits du résultat, c’est une partie qui complète vraiment la chanson.

Vous avez aussi enregistré une cover de Queen, « Scandal », avec l’accord de Bryan May. Avez-vous reçu un feedback de sa part sur votre version de la chanson ? Non, pas encore, je suis vraiment curieux, j’espère que cela va arriver et que ça va lui plaire. C’est vraiment un honneur pour nous d’avoir pu le faire avec sa bénédiction. Personnellement, je me suis beaucoup questionné sur le fait de reprendre une chanson de Queen, parce que je pense que toucher à Queen peut être considéré comme un sacrilège. On a finalement opté pour une chanson moins connue de Queen, mais qui collait vraiment à l’ambiance de l’album.

Pour l’artwork, vous avez à nouveau travaillé avec Glenn Arthur, peux-tu expliquer comment vous vous êtes rencontrés et pourquoi vous avez décidé de collaborer plusieurs fois avec lui ? La première fois, c’était sur notre troisième album, « We Are The Others » et Charlotte connaissait son travail, car c’est une fanatique d’art, et elle a décidé de l’aborder, car elle aimait son approche différente des choses. De notre côté, l’on voulait aussi quelque chose de différent pour nos artworks, pour que les gens puissent nous identifier. Comme Iron Maiden, par exemple, avec Eddie et comme beaucoup d’autres groupes qui ont leur propre style d’artwork. Et comme on a adoré le premier résultat avec Glenn, on a simplement continué à collaborer ensemble. Et maintenant, quand tu vois une de nos pochettes, tu sais directement que c’est Delain et je pense que ce style nous correspond bien. C’est un petit peu macabre, même si c’est peint très finement, il y a un petit côté sombre dans son art et cela correspond aussi à notre musique, qui est parfois douce, mais contient aussi des éléments plus sombres.

Peux-tu aussi expliquer la signification de cet artwork et son lien avec le titre de l’album, « Moonbathers » ? La plupart de temps, Charlotte écrit des paroles assez sombres, parce qu’elle est plus inspirée pour écrire quand elle n’a pas le moral ou que quelque chose la tracasse, ce qui ne veut pas dire que c’est une personne déprimée, loin de là. Mais c’est dans ces moments-là qu’elle préfère écrire. Mais dans ses paroles, il y a toujours un peu de positivité aussi, comme une étincelle dans le noir. Et quoi de mieux pour illustrer ça que la lune ? La lumière qui éclaire la nuit. C’est pourquoi nous avons choisi ce titre pour l’album, qui colle bien à l’ensemble des chansons. Pour l’artwork, on a choisi une pièce de l’artiste qui existait déjà et qui s’appelle « Hide and Seek » (cache-cache) avec cette fille tatouée qui se cache les yeux, tandis que d’autres sont tatoués sur ses mains et l’on y retrouve également la lune, donc tout correspond avec notre album.

D’un autre côté, vous avez sorti vos trois premiers albums sous Roadrunner Records et maintenant, vous êtes chez Napalm Records. Y-a-t’il beaucoup de différences entre ces deux compagnies et est-ce que le changement a été troublant ? Il y  a effectivement beaucoup de différences ! Quand on a sorti « We Are The Others », Roadrunner a été vendu à Warner, beaucoup de gens ont été virés et ça a été une période très difficile pour nous. On s’est sentis en danger et on a cru que cet album ne sortirait jamais. Cependant, quand j’ai commencé le projet, j’étais déjà en contact avec Napalm et on a toujours gardé ce contact. Du coup, après « We Are The Others », on est partis chez Napalm, c’est une très bonne place pour notre musique. Ce label et sa culture nous correspondent très bien. C’est une équipe très motivée et notre collaboration se passe à merveille. Napalm nous aide vraiment à nous construire en tant que groupe, leur état d’esprit est très constructif. Et je pense que c’est une des raisons pour lesquelles ce label se développe autant, malgré que le marché soit devenu difficile et que beaucoup de labels fassent faillite. Et Napalm est toujours là et je pense que cela a beaucoup à voir avec leur culture d’entreprise.

Aussi, votre nouvel album sera disponible en LP, que penses-tu de ce support ? Je sais que beaucoup de gens adorent les vinyles, parce que le son est un peu différent, un peu plus « chaleureux ». Les gens trouvent aussi beaucoup de plaisir à avoir cet objet en main, à admirer l’artwork en grand format. C’est devenu un incontournable du merchandising aujourd’hui. Je suis content qu’on puisse proposer ce genre de pièce avec notre musique dessus. Personnellement, je n’ai pas encore de lecteur pour vinyles, je dois en acheter un, mais j’aime beaucoup ce genre d’article, ça a un petit côté historique. Ça me rappelle aussi mon frère, qui achetait ceux d’Iron Maiden dans les années 80 et qui les écoutait, assis dans sa chambre en regardant la pochette, puis en lisant le livret. Je pense que ce genre d’expérience avec un album n’existait plus vraiment. Les vinyles ont du charme, j’aime beaucoup ça !

Après quelques festivals, vous tournerez en headliner avec Evergrey dans de plus grandes salles que sur votre précédente tournée, est-ce que vous préparez un show spécial pour l’occasion ? Eh bien, on doit encore développer ce show, parce que pour le moment, nous sommes en pleine saison des festivals et je pense que c’est notre plus grosse saison de festivals jusqu’à présent, avec le Hellfest, le Graspop, le Download et beaucoup d’autres. Et quand on en aura fini avec ça, on se penchera sur le développement de notre tournée en headliner. On a vraiment envie de faire quelque chose de plus abouti. On est aussi très heureux d’avoir Evergrey avec nous en tant qu’invité spécial, ainsi que Kobra & The Lotus. Je pense que c’est une très bonne combinaison et on est impatients de commencer cette tournée !

Delain existe depuis dix ans maintenant, vous avez beaucoup tourné et vous sortez des albums régulièrement, prévoyez-vous de sortir un DVD prochainement ? En fait, oui, on fête cette année notre dixième anniversaire, nous avons sorti notre premier album en 2006 et nous recevons beaucoup de demandes de nos fans pour sortir un DVD. Mais je pense qu’il fallait attendre le bon moment et le dixième anniversaire est une bonne occasion pour faire ça, pour se souvenir et célébrer ces dix ans. Nous avons eu l’accord de notre label, mais nous avons décidé d’utiliser le crowd founding pour ce projet, pour impliquer nos fans, parce que c’est grâce à eux que l’on continue à faire de la musique. Et j’espère que l’on en fera pour les dix prochaines années, ou les vingt ou même trente années encore ! Et c’est vraiment génial de pouvoir faire ça avec l’aide de nos fans. Avec cette plateforme de crowd founding, l’on a pu atteindre notre objectif en deux semaines pour financer tout le projet ! Donc, en décembre nous donnerons un show spécial à Amsterdam, où l’on filmera le concert qui figurera sur ce DVD qui sortira l’année prochaine !

Pour terminer, voici une question particulière : il y a quelques années, un de mes amis est décédé et comme il était fan de Delain, une de vos chansons a été jouée lors de son enterrement. Quand vous écrivez de la musique, est-ce que vous imaginez qu’elle puisse un jour être utilisée dans de tels moments ? Tout d’abord, je pense que c’est un honneur. Je pense que la musique en général touche les gens, certaines chansons leur rappellent des souvenirs, certains moments particuliers de leur vie. Personnellement, quand je compose, je ne pense pas particulièrement à la façon dont les gens pourraient « expérimenter » la chanson, mais parfois, certaines personnes me racontent leurs histoires en rapport avec nos chansons et je me sens toujours très honoré, c’est un énorme compliment. Bien sûr, cette histoire est profondément triste, mais elle est belle, aussi. Une de nos chansons jouée lors d’un enterrement, c’est intense et je suis ému d’apprendre cela.

Veux-tu ajouter quelques mots pour les fans belges pour conclure cette interview ? Absolument ! Pour nous, ça a été un très grand plaisir de jouer au Graspop cette année et l’on sera bientôt de retour en Belgique, à Anvers et on en est très impatients ! Et je souhaite dire merci à tous les fans belges pour leur soutien, car sans le soutien des fans on ne pourrait pas faire ce que l’on fait. Et j’espère que l’on pourra les rendre heureux avec notre musique pour de nombreuses années encore !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s